formats

Toasts & Café

octobre
8
par dans Baseball, Golf, Hockey

EN ATTENDANT SCHLEMKO: Le CANADIEN a mieux joué que la veille à Washington, mais il a quand même essuyé un revers de 2-0 sur la patinoire des Rangers, dimanche soir. On parle d’un début de saison très laborieux pour la troupe de Claude Julien. Quelques points à retenir:

  • Le Canadien n’a marqué que 3 petits buts en autant de parties, ce qui est nettement insuffisant. Le nombre de tirs n’a aucune importance. Il faut savoir profiter de ses chances de marquer et la mettre dedans!

    Henrik Lundqvist a blanchi le Canadien 2-0 pour enregistrer sa 406e victoire dans la LNH.

  • Le seul trio qui fonctionne vraiment est celui de Hudon-Plekanek-Lehkonen.
  • Le rendement des défenseurs est particulièrement inquiétant. C’est un problème majeur et il ne faut pas s’attendre à ce que DAVID SCHLEMKO fasse la différence quand il reviendra au jeu. Il a joué pour quatre équipes différentes après avoir quitté les Coyotes. S’il était si bon que ça, il ne changerait pas d’adresse aussi souvent. Bref, tu ne fais pas de la salade de poulet avec…
  • ALEX GALCHENYUK, à qui on vient de consentir un contrat de 3 ans à raison de 4,9 millions par année, est invisible sur la patinoire. Ça va prendre quoi pour réveiller ce jeune homme? Serait-il surévalué?
  • Le jeu blanc d’HENRIK LUNDQVIST était son 62e sans la LNH. C’était aussi sa 406e victoire.
  • Ce ne sera pas plus facile contre les Blackhawks, mardi soir, au Centre Bell.
  • JACQUES DEMERS nous dirait de rester positif après seulement trois parties. Quand même!
  • CAREY PRICE a-t-il du mal à s’endormir?

YANKEES ENCORE VIVANTS

  • GREG BIRD, un colosse du Tennessee, a cogné un circuit contre Andrew Miller en fin de 7e manche et les Yankees ont remporté une très belle victoire de 1-0 sur les Indians, dimanche soir, pour éviter l’élimination. Les deux équipes ont rendez-vous au Yankee Stadium, lundi soir.
  • Le match a donné lieu à un excitant duel de lanceurs

    Aroldis Chapman a lancé des balles de feu pour préserver la victoire des Yankees, 1-0 sur les Indians.

    entre Masahiro Tanaka et son vis-à-vis Carlos Carrasco. Tanaka a donné tout ce qu’il avait pendant 7 manches pour mériter la victoire. AROLDIS CHAPMAN, appelé en relève dès la 8e manche, a effectué les 5 derniers retraits pour préserver la victoire des Yankees. Il suait à grosses gouttes, mais sa rapide filait jusqu’à 103 milles à l’heure. Comment tu fais pour frapper ça?

  • Il faut aussi souligner le catch d‘Aaron Judge aux dépens de Francisco Lindor en début de 6e manche. La balle aurait franchi la clôture du champ droit si Judge, du haut de ses six pieds 7 pouces, n’avait pas sauté dans les airs pour la capter. Comme disait Yogi, «ce n’est pas fini tant que ce n’est pas fini»…

SURSIS POUR LES RED SOX

  • On aurait pu entendre voler une mouche au Fenway Park lorsque les Astros ont pris une avance de 3-0 dès la première manche. Les partisans des Red Sox avaient très peur de voir leur équipe se faire balayer, mais le vent a commencé à tourner et les hommes de JOHN FARRELL ont marqué 10 points sans riposte pour l’emporter 10-3. Il y aura donc du baseball à Boston, lundi après-midi.

    Hanley Ramirez: 4 gros coups sûrs, dont deux doubles, et 3 pp dans un gain de 10-3 sur les Astros.

  • Le jeune RAFAEL DEVERS a réussi le gros coup sûr, un circuit de deux points après deux retraits en fin de 3e manche. HANLEY RAMIREZ a été l’autre étoile de la rencontre avec 4 coups sûrs, dont 2 doubles, et 3 pp. Il faut aussi souligner le travail du vétéran DAVID PRICE, excellent en longue relève. Il ne faudrait pas s’étonner qu’il retourne au monticule si la série retourne à Houston pour un 5e match. Enfin, un mot sur JOSE ALTUVE, des Astros, auteur de 3 circuits dans le premier match. On dirait qu’il est toujours sur les sentiers. Il forme aussi un duo exceptionnel avec l’inter CARLOS CORREA.

UNE FÊTE À LA GRANDEUR DE DEBBIE

  • Après Bob Vokey, inventeur des cocheurs Titleist, et Pierre Archambault, un de nos plus grands champions amateurs, c’était au tour de DEBBIE SAVOY de faire son entrée au Temple de la renommée de Golf Québec, jeudi dernier. Il y avait plus de 230 convives dans la salle de bal du club Le Mirage pour lui rendre un hommage bien senti.

    Debbie Savoy a fait son entrée au Temple de la renommée de Golf Québec en présence de 230 convives au club Le Mirage. Elle pose ici avec Jean-Pierre Beaulieu, d.g. de Golf Québec, Bob Bissonnette, président de l’association, et Diane Dunlop-Hébert, responsable du comité de sélection.

  • La belle grande blonde patauge dans le monde du golf depuis l’âge de 13 ans. Elle a tout fait ou presque dans le métier avant de devenir la femme de confiance de RENÉ ANGELIL et de CÉLINE DION au Mirage. Dans son allocution, elle n’a oublié personne: JEAN-MARIE LAFORGE, son premier professeur à La Tuque, DONNA WHITE, Lorie Kane et ses amies de la LPGA, son ami d’enfance RENÉ NOËL, Gilles et Jocelyne Bourassa, MARIO BRISEBOIS, Denise Lavigne, son diable de mari (l’ancien arbitre DENIS MOREL), ses enfants chéris (Shaun et Kimberley) et j’en passe.

    Jean-Marie Laforge, de La Tuque, a été le premier professeur de Debbie Savoy.

  • DONNA WHITE, ex-championne de la LPGA, a fait le voyage depuis la Floride pour participer à la fête, de même que MARY-LEE COBICK, championne de l’enseignement dans la région de West Palm Beach. Le golf féminin était aussi représenté par DENISE LAVIGNE et ANN ROGERSON.
  • CHARLIE BEAULIEU portait son écusson de Golf Canada.
  • RICHARD BEAUDRY, président d’Ovation Médias, était accompagné de sa fille Marie-Christine et de DANIEL CAZA, l’ancien matamore du hockey junior!
  • DIANE DUNLOP-HÉBERT est à la tête du comité de sélection.

    Mary-Lee Cobick est venue de West Palm Beach pour participer à la fête.

  • BOB BISSONNETTE, président de Golf Québec, son prédécesseur MARCEL-PAUL RAYMOND et Jean-Pierre Beaulieu (directeur général) étaient évidemment présents, de même que CONSTANT PRIONDOLO, président sortant de la PGA canadienne.
  • JEAN-MARIE LAFORGE, 83 ans bien sonnés, est parti de La Tuque pour aller cueillir Debbie à sa résidence de Trois-Rivières avant de la conduire au Mirage. Comme dans le bon vieux temps.
  • RENÉ NOËL, Nicolas Burns et le chef MARIO JULIEN ont déroulé le tapis rouge pour ajouter au glamour de la soirée.
  • Bravo à Debbie pour une CONSÉCRATION parfaitement méritée. Et merci d’avoir pensé à moi dans ton discours.

Le mot d’humour

Une jolie blonde: «Chaque fois que j’éternue, j’ai un orgasme».

-«Dis-moi donc. Qu’est-ce que tu prends pour corriger la situation?»

-«Du poivre!»

Les anniversaires du 9 octobre

  • ANNIKA SORENSTAM, ex-reine de la LPGA, 47 ans.

    Annika Sorenstam a gagné 72 tournois de la LPGA, dont 10 titres majeurs, et plus de 22 millions en bourses.

  • HENRIK ZETTERBERG, capitaine des Red Wings, 37 ans.
  • WAYNE THOMAS, ex-gardien de but du Canadien, 70 ans.
  • CARLING BASSETT, championne de tennis, 50 ans.
  • JEAN-LOUIS MARINIER, pionnier de la Ligue Dépression, 88 ans.
  • MIKE SINGLETARY, ancien des Bears de Chicago, 59 ans.
  • SIMON DÉRY, de GE à Bromont, 33 ans.
  • BENOÎT SAUVÉ, de Valleyfield, 38 ans.
  • STARLING MARTE, des Pirates, 29 ans.
  • GUYLAINE TREMBLAY, comédienne, 57 ans.
  • JOE PEPITONE, ancien des Yankees et des Cubs, 77 ans.
  • DANIEL TAILLON, athlétisme, 65 ans.
  • MARIO AUBÉ, de 104,7 Outaouais.
  • MARTIN JAITE, tennis, 51 ans.
  • PIERRE TREMBLAY, agent immobilier à Sherbrooke, 50 ans.
  • GARY PETERS, ancien du CH, 74 ans.

    Joe Pepitone avec Roger Maris et Mickey Mantle après une victoire en Série mondiale.

  • JULIE MARCOUX, de Chambly, 49 ans.
  • ISABELLE LECOMPTE, soccer, 42 ans.
  • RONALD MILLER, papa de Russell Miller.
  • PINO ASARO, de Montréal, 66 ans.
  • BRIAN DOWNING, ancien des Angels, 67 ans.
  • RENÉE BEAUDOIN, de Rouyn-Noranda.
  • LOUISE BLACKBURN, de Saint-Léonard.
  • DEREK HOLLAND, baseball, 31 ans.
  • ROGER LÉVESQUE, du club Le Champêtre, 62 ans.
  • JEAN-PIERRE FUCHS, de Val-d’or, 74 ans.
  • FRANÇOIS LEMAIRE, ami FB.
  • DIANE GOYETTE, de Windsor.