formats

TIGER: «Je suis un miraculé»

AUGUSTA, Géorgie— «I feel fantastic! C’est comme le jour et la nuit comparativement à l’an passé à la même date. J’en étais venu à croire que je ne pourrais plus jouer au golf. La route a été longue. Comme par miracle, j’ai retrouvé ma puissance et mon élan. Franchement, je me considère comme

Tiger Woods: on lui donne une deuxième vie et il veut en profiter au maximum.

un miraculé», a déclaré Tiger Woods à la centaine de journalistes réunis dans la magnifique salle de conférence du club Augusta National.

Tiger, qui a dominé son sport pendant 683 semaines consécutives (1997 à 2014), réalise parfaitement qu’il est le point de mire cette semaine. Il n’a qu’à écouter les cris de la foule durant les séances d’entraînement pour s’en convaincre. Lorsqu’on lui a demandé s’il était prêt à réussir le plus grand «comeback» de l’histoire du golf, il n’a pas hésité à répondre: «Ne mettons pas la charrue devant les boeufs. J’ai quatre rondes de golf devant moi. Je ne crois pas qu’il y ait un seul favori cette semaine. Il y a tellement de gars qui jouent bien présentement. Ça va être tout un défi».

Selon Woods, c’est nul autre que Ben Hogan qui a réussi le plus grand retour de tous les temps après avoir été victime d’un grave accident de la route en 1949. Il a failli trouver la mort lorsque son automobile a été happée par un autobus quelque part au Texas. On lui a dit que sa carrière était finie, mais il est revenu plus fort pour gagner deux fois à Augusta et remporter trois victoires majeures en 1953.

Amitié avec Phil

Tiger a joué sa ronde de pratique avec Phil Mickelson, Fred Couples et le grand Tommy Pieters, mardi matin. Comme l’a si bien noté Rory McIlroy, on n’aurait jamais vu Phil et Tiger ensemble dans une ronde préparatoire, il y a quelques années, surtout pas après le désastre de 2004 à Oakland Hills. Hal Sutton avait alors eu la mauvaise idée de les jumeler dans le tournoi de la coupe Ryder. Les Européens ont gagné ce tournoi une main dans le dos avec Colin Montgomerie comme chef de file.

«Phil et moi sommes des adversaires depuis une vingtaine d’années, a dit Tiger, et j’espère que nous aurons d’autres batailles ensemble. Cela dit, nous avons appris à nous connaître et à fraterniser. Il a maintenant 47 ans et j’en ai 42. Vous savez, il existe une fraternité au sein de la PGA. Quand un gars traverse une période difficile, on a de la compassion pour lui, spécialement parmi les vétérans.

«J’ai aussi une bonne relation avec les nouvelles vedettes du circuit. Certains sont tellement jeunes qu’ils n’ont vu que ma dernière victoire majeure (en 2008). J’ai appris à les connaître en coupe Ryder en tant qu’adjoint au capitaine. J’apprécie certes leur talent, mais je veux les battre!»

Pour ce qui est de ses problèmes personnels et de son arrestation alors qu’il s’est endormi au volant de son automobile, l’an passé, il préfère ne pas revenir sur le sujet. Ça lui donnerait quoi? Il s’est contenté de dire qu’il avait appris sa leçon. Avec un athlète de cette envergure, chaque événement tend à provoquer des réactions exagérées.

Enfin, Tiger a dit qu’il considérait sa victoire de 1997 comme la plus importante de sa carrière. Il avait seulement 21 ans et son premier triomphe à Augusta (par la marge de 12 coups) lui valait une exemption de 10 ans sur le circuit de la PGA. Un cadeau du ciel!

SERGIO: pas la même chose

Avant d’aller présider le dîner des Champions, Sergio Garcia a rendu visite aux journalistes pour parler de ses états d’âme, 48 heures avant la défense de son titre.

Sergio Garcia: un homme transformé.

«J’ai toujours été bien traité à Augusta, mais l’accueil du public est encore plus chaleureux depuis ma victoire de l’an passé, a-t-il dit. J’ai profité des 12 derniers mois au max. Je me suis marié avec mon veston vert. Je l’ai aussi porté à Wimbledon, à des matchs de football et sur les plateaux de télévision. J’aimerais bien le gagner une deuxième fois et prolonger le plaisir».

Il y a quelques années, Sergio a déclaré dans un moment de frustration qu’il n’avait pas le talent ou la force de caractère pour gagner un tournoi majeur. «Je ne regrette pas cette déclaration. Je suis honnête et je dis toujours ce que je pense, que ça vous plaise ou non. Je suis comme cela. Je me présente ici confiant de l’emporter. Mon jeu est à point, mais je suis maintenant dans une position différente. J’espère seulement que je ne serai pas trop nerveux au début du tournoi», a-t-il conclu.

El Nino est un homme différent depuis qu’il a rencontré sa belle Angela et encore plus depuis qu’elle lui a donné une jolie petite fille qu’ils ont prénommée Azalea en mémoire de son exploit au 13e trou, sous pression extrême, l’an passé.

L’alignement de départ

  • On a dévoilé l’alignement de départ pour les deux premières rondes du Masters. Voici les principaux trios:
  • TIGER WOODS jouera les deux premières rondes avec Tommy Fleetwood et Marc Leishman.
  • PHIL MICKELSON amorcera la compétition avec Rickie Fowler et le grand Matt Kuchar.
  • SERGIO GARCIA fera équipe avec Justin Thomas et Doc Redman (amateur).
  • RORY McILROY jouera avec Jon Rahm et Adam Scott.
  • JORDAN SPIETH sera jumelé à Alex Noren et Louis Oosthuizen.
  • JUSTIN ROSE jouera avec Dustin Johnson et Rafael Cabrera-Bello.
  • BUBBA WATSON prendra le départ avec Jason Day et Henrik Stenson.
  • Il y a seulement deux Canadien parmi les 87 inscrits: ADAM HADWIN, de Moose Jaw, et MIKE WEIR, champion ici en 2003.

 

 

 

 

 
 Share on Facebook Share on Twitter Share on Reddit Share on LinkedIn
Commentaires fermés sur TIGER: «Je suis un miraculé»  comments