formats

Grosse victoire de Windsor contre Thetford-Mines

avril
29
par dans Hockey

Le Wild de Windsor a pris une sérieuse option sur la coupe Canam en battant l’Isotermich de Thetford-Mines 4-2 devant une foule survoltée, dimanche, au Centre Lemay.

Les deux équipes ont travaillé sans relâche et elles ont offert un excellent spectacle aux quelque 1200 spectateurs.

L’équipe d’Éric Dandenault en était à sa sixième victoire de suite en finale de la Ligue nord-américaine. Le troisième match sera présenté dans la ville de l’amiante vendredi prochain.

C’est un but du fougueux Yannick Tremblay sur une passe parfaite du défenseur Mathieu Dumas qui a fait la différence. Il s’agissait de son 10e but victorieux dans les séries de championnat, un record de la LNAH.

Le gardien de but Louis Ménard a multiplié les arrêts-clés pour mériter la première étoile du match. Stéphane Boileau, un travailleur infatiguable, et le vétéran Yannick Landry ont complété le choix de trois étoiles.

En première période, Dannick Lessard et Martin Larivière se sont livrés un furieux combat de boxe qui n’était pas sans nous rappeler les échanges entre John Ferguson et Ted Green à la fin des années 1960.

Samuel Grenache, victime d’une fracture à un pouce, n’a pu terminer la partie et il représente un cas douteux pour le reste de la série.

Notons finalement que l’Isotermich n’a jamais gagné la finale en cinq tentatives. La formation de Bobby Baril devra travailler très fort pour renverser la vapeur car le Wild semble en mission… avant son triste déménagement à Cornwall pour des raisons financières.

 

 
 Share on Facebook Share on Twitter Share on Reddit Share on LinkedIn
Commentaires fermés sur Grosse victoire de Windsor contre Thetford-Mines  comments 
formats

Souvenirs des séries: le Garden de Boston

avril
29
par dans À la Une, LNH

Parmi mes plus beaux souvenirs de la coupe Stanley, il y a ces multiples affrontements entre le Canadien et les Bruins au vieux Garden de Boston.

La rivalité a toujours été féroce entre les deux clubs et l’ambiance qui régnait dans la «boîte d’allumettes» de la rue Causeway était pour ainsi dire indescriptible. Ceux qui ont vécu ces guerres-là ne pourront jamais les oublier.

Je vois encore Harry Sinden injurier les arbitres, Don Cherry grimper sur le banc des joueurs pour en faire autant et Nate Greenberg mâchouiller son gros cigare en se demandant ce qu’il fallait faire pour vaincre ces méchants Glorieux au moins une fois.

Greenberg était le relationniste des Bruins et un monsieur d’une extrême gentillesse. Chaque fois qu’il venait à Montréal, il allait manger un steak chez Moishe’s avec Tom Johnson et Harry Sinden. L’histoire ne dit pas ce qu’il faisait du reste de sa soirée.

Il y avait aussi Francis Rosa, un vieux journaliste fort sympathique qui était toujours content de revoir ses amis du Canada.

C’était l’époque où le Canadien gagnait plus souvent qu’à son tour, mais les Bruins avaient du coeur au ventre et lui donnaient du fil à retordre avec de dures mises en échec. Pour gagner à Boston, il fallait accepter d’en payer le prix.

Ken Dryden

C'est au Garden de Boston que le grand Ken Dryden est devenu un super héros, au printemps de 1971.

C’est dans cette vieille bâtisse que Ken Dryden, ex-étudiant à Cornell, est devenu un super héros au printemps de 1971. On aurait dit un nouveau Jacques Plante en plus gros et plus grand.

C’est aussi là que le Canadien a effectué une des plus belles remontées de l’histoire des séries, effaçant un déficit de quatre buts avant de l’emporter 7-5 contre Bobby Orr et les Big Bad Bruins. À sa dernière saison avec le Canadien, Jean Béliveau a pris les choses en mains ce soir-là avec le soutien des Jacques Lemaire, John Ferguson, Henri Richard et Frank Mahovlich.

C’est aussi au Garden de Boston que Guy Lafleur a étalé tout son talent malgré les menaces de John Wensink qui voulait lui arracher la tête.

Je me souviens également de Mario Tremblay qui jouait avec toute la fougue de ses 19 ans, d’Yvon Lambert qui se plantait les deux pieds devant Gerry Cheevers et de Claude Mouton qui utilisait tout son vocabulaire pour stimuler le jeune Stéphane Richer.

Dans le camp des Bruins, après l’ère Orr-Esposito, il y avait Jean Ratelle, un mini Jean Béliveau, Brad Park, un merveilleux passeur, et Wayne Cashman, un ailier gauche au courage indomptable.

Un soir, les Bruins se sont tués à l’ouvrage pour battre l’équipe de l’Armée Rouge, mais Vladislav Tretiak s’est dressé devant eux comme le mur de Chine. On aurait dit la réincarnation de Terry Sawchuk.

Bien sûr, c’est dans le vieux Garden que Pierre Bouchard a perdu son furieux combat contre Stan Jonathan. La bataille n’a duré qu’une vingtaine de secondes, mais on en parle encore 34 ou 35 ans plus tard. Comme si Butch ne s’était battu qu’une seule fois durant sa carrière…

Un jour, il a fallu détruire le Garden pour en bâtir un plus moderne avec des loges corporatives et tout le tralala, mais le temps n’efface pas les souvenirs. Ils sont incrustés à jamais dans notre mémoire.

 
 Share on Facebook Share on Twitter Share on Reddit Share on LinkedIn
Commentaires fermés sur Souvenirs des séries: le Garden de Boston  comments 
formats

Les anniversaires du dimanche 29 avril

avril
29
par dans Anniversaires
  • JONATHAN TOEWS, capitaine des Blackhawks de Chicago, 24 ans.
  • MIKE BABCOCK, entraîneur des Red Wings de Détroit, 49 ans.
  • ANDRE AGASSI, le Kid de Las Vegas, 42 ans.
  • BRANDON DUBINSKY, des Rangers de New York, 26 ans.
  • CURTIS JOSEPH, ex-gardien des Oilers et des Maple Leafs, 45 ans.
  • FLEMING MacKELL, ancien des Bruins, 83 ans.
  • SERGE BERNIER, ancien des Nordiques, 65 ans.
  • JAY CUTLER, des Bears de Chicago, 29 ans.
  • LUIS APARICIO, ex-vedette des White Sox de Chicago, 78 ans.
  • FRÉDÉRIQUE CARDINAL, de la Fondation Leucan.
  • CHARLES CONSTANTIN, ancien des Nordiques, 58 ans.
  • CAMIL HUBERT, sportif de Sainte-Thérèse, 68 ans.
  • RICK BURLESON, ancien des Red Sox, 61 ans.
  • BRUCE DRIVER, ex-défenseur des Devils, 50 ans.
  • JEAN GAUTHIER, ancien du Tricolore, 75 ans.
  • JIM RYUN, athlétisme, 65 ans.
  • MARC BRODEUR, professionnel de golf, 48 ans.
  • SERGE GOUGEON, ex-vedette du Montréal 68, 56 ans.
  • PATRICK SIMARD, de la Brasserie Labatt, 46 ans.
  • STEVE VERMETTE, animateur de Sherbrooke, 50 ans.
  • MATHIEU BIRON, ancien joueur de la LNH, 32 ans.
  • MARIE PLOURDE, animatrice.
  • FRANÇOIS JOBIN, golfeur de Montréal, 51 ans.
  • JACQUES DUHAMEL, l’ancien pro du club Farnham, 71 ans.
  • JOHN VanderWAL, ancien des Padres, 46 ans.
  • JEAN-GUY DÉOM, retraité du Journal de Montréal, 68 ans.
  • MARCEL COUSINEAU, ex-gardien des Kings de Los Angeles, 39 ans.
  • JEAN ROCHEFORT, acteur français, 82 ans.
  • BILL GLASSON, vétéran de la PGA, 52 ans.
  • ZUBIN MEHTA, célèbre chef d’orchestre, 76 ans.
  • NORMAND DESSUREAULT, trot et amble, 64 ans.
  • CLAUDE LAVOIE, de Montréal, 66 ans.
  • ED CHARLES, ancien des Mets de New York, 77 ans.
  • GINO QUILICO, baryton, 57 ans.
  • MICHELLE PFEIFFER, actrice, 54 ans.
  • JEAN-PIERRE ROY, golfeur et motocycliste de Windsor, 67 ans.
  • JERRY SEINFELD, comédien, 58 ans.
  • LÉO DURANCEAU, de Verdun.
  • DANIEL DAY LEWIS, acteur, 55 ans.
 
 Share on Facebook Share on Twitter Share on Reddit Share on LinkedIn
Commentaires fermés sur Les anniversaires du dimanche 29 avril  comments 
formats

Le trophée Hart à Lundqvist

avril
28
par dans Hockey

Vraiment pas facile de choisir entre Steven Stamkos, Evgeni Malkin et Henrik Lundqvist pour le titre de joueur le plus utile à son équipe dans la LNH.

Stamkos est devenu le premier joueur depuis Alexander Ovechkin à marquer 60 buts et son équipe (Tampa Bay) aurait connu une saison plus décevante encore s’il n’avait pas été aussi brillant en attaque.

Henrik Lundqvist

Henrik Lundqvist a connu une saison exceptionnelle devant le filet des Rangers: 39 victoires, dont huit par jeu blanc, et une moyenne de buts alloués de 1,97.

Malkin a non seulement remporté son deuxième championnat des marqueurs, mais il a réussi à faire oublier l’absence prolongée de Sidney Crosby. Pour une raison ou une autre, le grand Russe semble mieux jouer lorsque son illustre coéquipier n’est pas en uniforme. Peut-être a-t-il besoin de se sentir indispensable pour étaler tout son talent au grand jour.

Quant à Lundqvist, il est la raison majeure des succès  des Rangers. Il a remporté 39 victoires, dont huit par jeu blanc, n’a pas alloué deux buts par match (1,97) et il a bloqué 93 pour cent des rondelles dirigées vers lui.

Si j’avais à voter, j’opterais pour Lundqvist. À mon humble avis, c’est lui qui a été le plus utile à sa formation. À noter que seulement cinq gardiens de but ont gagné le trophée Hart depuis 1950. Dominik Hasek a réussi l’exploit deux ans de suite (1987 et 1988) dans l’uniforme des Sabres de Buffalo. Chuck Rayner (1950), Al Rollins (1954), Jacques Plante (1962) et José Théodore (2002) sont les autres cerbères à avoir capturé le trophée.

LE NORRIS À CHARA?

D’autre part, la lutte s’annonce vive entre Shea Weber (Nashville), Zdeno Chara (Boston) et le jeune Erik Karlsson (Ottawa) pour l’obtention du trophée Norris.

Karlsson a terminé la campagne avec 78 points pour devancer facilement tous les joueurs de défense. Toutefois, il a encore des choses à apprendre avant d’être un joueur complet.

Weber est un joueur indispensable chez les Predators et il en va de même pour Chara à Boston. Même s’il est utilisé plus souvent qu’à son tour, Chara a fini la saison avec un différentiel de «plus 33». Cette seule statistique pourrait lui permettre de gagner le trophée pour la deuxième fois en quatre ans.

 

 

 
 Share on Facebook Share on Twitter Share on Reddit Share on LinkedIn
Commentaires fermés sur Le trophée Hart à Lundqvist  comments 

Inscrivez-Vous, Commentez et Partagez!

Inscrivez-vous au blogue (haut de page) et commentez ensuite mes articles (au bas droit de chaque article).
N.B. Aucun bulletin d'information sur le blogue n'est expédié aux abonnés.

Cliquez "J'aime" quand un article vous plaît, même chose pour ma page Facebook que je vous encourage aussi à suivre et partager.
N'hésitez pas à me transmettre un courriel (haut de page) ou un message Facebook pour toute question ou suggestion.

J'apprécie grandement votre support.

Merci à tous!

Responsive iFeature Pro Slider

slider

The Responsive iFeature Pro Slider now adjusts dynamically when being viewed by a mobile device such as an iPhone or iPad. It also includes image resizing, and thumbnails.

Responsive Design

blueprint

With Responsive Design, and iFeature Pro your website will now magically adjust to mobile devices such as the iPhone, iPad, and Android devices.

Excellent Support

docs

We designed iFeature Pro to be as easy to design with as possible, if you do run into trouble we provide a support forum, and precise documentation.