formats

Le retour des Nordiques: beaucoup de «si»

Les Nordiques de QuébecLe possible retour des Nordiques continue de faire jaser dans les chaumières du Québec.

On se perd en conjectures concernant la façon de procéder du maire Labeaume et les intentions véritables des gouverneurs de la Ligue nationale. Pour l’instant, on nage dans les spéculations de toutes sortes.

Ceux et celles qui ont vécu la rivalité Canadien-Nordiques souhaitent ardemment le retour de la LNH dans la Vieille capitale, mais il y a loin de la coupe aux lèvres. Ce n’est pas une question de vouloir, mais de pouvoir.

À ce que l’on sache, Gary Bettman fera tout ce qu’il peut pour garder les Coyotes en Arizona. Le petit Napoléon du hockey n’est pas du genre à admettre facilement ses erreurs. Ce n’est qu’en dernier lieu, s’il n’a plus le choix, qu’il appuiera le déménagement des Coyotes à Québec, à Kansas City, à Seattle ou à Tombouctou.

«Call me Gary» ne le dira jamais publiquement, mais je suis porté à croire qu’il n’était pas très content de voir les Trashers quitter Atlanta pour aller s’établir dans les plaines du Manitoba. Cependant, les gens de Winnipeg avaient l’argent nécessaire et leur très grande patience a fini par être récompensée.

Il existe une autre possibilité, soit celle que les Islanders déménagent à Québec. Leur projet de construction d’un nouvel amphithéâtre est tombé à l’eau et le Colisée Nassau ne répond plus aux exigences des années 2000. Charles Wang pourrait être tenté par une telle aventure tout en restant propriétaire de l’équipe. Enfin, on verra.

Entretemps, les prochaines négociations entre les joueurs et les propriétaires de la LNH s’annoncent très difficiles. Donald Fehr, nouveau patron de l’Association des joueurs, n’est pas le dernier venu. Il en a vu d’autres dans le baseball majeur et il ne lâchera pas facilement le morceau. Les magnats de la LNH n’ont qu’à bien se tenir.

Si les patrons ambitionnent de réduire la part des joueurs de 57 à 50 pour cent, comme au basketball, ça risque de jouer dur dans les coins de patinoire. On parle aussi d’un plafond salarial qui pourrait grimper de 64 à 70 millions par année, ce qui aura pour effet de mettre encore plus de pression sur les petits marchés.

La possibilité d’un lock-out ou d’une grève plane à l’horizon. Ça ne servirait pas les intérêts d’une ligue qui en arrache déjà aux guichets dans certaines villes.

Revenons à nos oignons. Comme tout le monde (ou presque), je souhaite le retour des Nordiques. Sur le plan hockey, ça serait une bonne chose pour le Canadien et pour le hockey en général. Qui n’aurait pas envie d’aller voir jouer les Nordiques dans un nouveau Colisée et de passer quelques heures dans le Vieux-Québec?

Reste à voir si la chose serait viable à moyen ou à long terme. Quoi qu’on en dise, Québec demeure un très petit marché. Quand ils ont quitté pour Denver, les Nordiques n’arrivaient pas à boucler les des deux bouts avec un budget de 15 ou 16 millions par année. L’aurait-on déjà oublié?

 
 Share on Facebook Share on Twitter Share on Reddit Share on LinkedIn
Commentaires fermés sur Le retour des Nordiques: beaucoup de «si»  comments 
formats

Les anniversaires du 16 mars

mars
15
par dans Général
  • Curtis Granderson, voltigeur de centre des Yankees, 31 ans.
  • Maurice Leclerc, pionnier du tennis au Québec, 83 ans.
  • Jacques L’Estage, as golfeur du Groupe Royal et grand amateur de rallye automobile, 64 ans.
  • Brian Mullen, ancien des Rangers, 50 ans.
  • Jean-Pierre LaSalle, célèbre boucher de Joliette, 71 ans.
  • Duane Sutter, ancien des Islanders, 52 ans.
  • Danny Ainge, ancien des Celtics, 53 ans.
  • Jerry Lewis, comédien américain, 86 ans.
  • Chuck Muncie, ex-vedette des Chargers de San Diego, 59 ans.
  • René Collin, sportif de Saint-Donat, 75 ans.
  • Jean Cournoyer, ex-ministre dans le cabinet de Robert Bourassa, 78 ans.
  • Pierre Hamelin, de l’Ile-Bizard, 64 ans.
  • Isabelle Huppert, comédienne française, 59 ans.
  • Al MacAdam, ancien des North Stars, 60 ans.
  • Mary Deros, sport amateur.
  • Sylvain Saint-Cyr, directeur général de la Ville de Windsor, 52 ans.
  • Kurt Russell, acteur, 61 ans.
  • Nicole Arpin, de Rosemère.
  • Sabrina Silla, soccer.
  • Hollis Stacy, ancienne golfeuse de la LPGA, 58 ans.
  • Sammy White, football, 58 ans.
  • Isabelle Lamontagne, de Rivière-des-Prairies, 34 ans.
  • Pierre Lavigne, des JSH.
  • Don Perry, ex-entraîneur des Kings de Los Angeles, 82 ans.
 
 Share on Facebook Share on Twitter Share on Reddit Share on LinkedIn
Commentaires fermés sur Les anniversaires du 16 mars  comments 
formats

Entre vous et moi

mars
15
par dans Général
  •   GUY BEAULIEU, qui a été associé au club Château Cartier pendant une quinzaine d’années, est le nouveau professionnel et directeur général du club de golf LE SORCIER, en banlieue de Gatineau. Il utilisera sa vaste expérience pour améliorer le parcours et le champ d’exercice. L’actionnaire majoritaire est DAVID BRADLEY, de Rouyn-Noranda.
  • P.J. STOCK a raison de dire que le Canadien a été trop généreux envers le défenseur JOSH GORGES. Quatre millions par année pendant 6 ans, c’est exagéré pour un joueur de son calibre. Disons que les circonstances ont joué en sa faveur. Par contre, il faut donner à Gorges le mérite qui lui revient: il se présente à tous les matchs et il ne craint pas de se jeter devant les tirs adverses.
  • Le match Ottawa-Canadien n’était pas excitant du tout, parfois même endormant, mais les tirs de barrage ont plu à la foule et CAREY PRICE a été impeccable face aux attaquants des Sénateurs.
  • Le trio COLE-DESHARNAIS-PACIORETTY a marqué 45 pour cent des buts du Canadien. Ça veut tout dire.
  • La golfeuse MAUDE-AIMÉE LEBLANC, de Windsor, réalise aujourd’hui un rêve en faisant ses débuts officiels sur le circuit de la LPGA. DAVID GUERTIN, spécialiste en éducation physique, lui sert de caddie. La jolie Maude ambitionne de se classer parmi les 50 premières boursières à sa première année dans la grande ligue. Comme je l’ai déjà écrit, ça dépendra de son rendement sur les verts.
  • L’IMPACT se dirige allègrement vers une foule de 60 000 personnes pour son match inaugural au Stade olympique, samedi après-midi. Bravo.
  • La Fondation du Canadien pour l’Enfance a maintenant amassé plus de 13,5 millions de dollars pour venir en aide à plus de 400 organismes. Bravo à PIERRE BOIVIN, à Geneviève Paquette et à toute l’équipe.
  • ÉRIC DESJARDINS, ex-défenseur du Canadien et des Flyers, s’amuse à jouer à l’aile droite dans la Ligue Dépression. Quant à ÉRIC DOYLE, de la Banque Nationale, il est aussi à l’aise devant le filet qu’il peut l’être avec un bâton de golf.
  • STÉPHANE QUINTAL dit que la Ligue nationale se montrera moins sévère en ce qui concerne les infractions durant les séries de la coupe Stanley. Ça vous étonne? Pas moi.
  • FRANCE SAINT-LOUIS, pionnière du hockey féminin au Québec, a bien fait les choses comme présidente d’honneur du tournoi Mousquiri de Richmond. La belle France oeuvre dans le monde de l’enseignement depuis plus de 25 ans. Son papa (Guy) a longtemps été représentant Labatt à travers la province. Il passe maintenant ses hivers sous les palmiers.
  • Le collègue PIERRE LADOUCEUR, de La Presse, était un bon ami de GENE CLOUTIER, décédé la semaine dernière à l’âge de 82 ans. Ils ont eu des centaines de discussions sur le hockey.
  • MARTIN BRODEUR n’est plus le meilleur cerbère de la LNH, mais il revendique quand même 25 victoires devant le filet des Devils après un début de saison franchement laborieux.
  • ETTORE CASATI, du club Pinegrove, se dévoue bénévolement pour les jeunes de Laprairie. Il dirige deux équipes de football mineur et il donne des cours de karaté.
  • LOUIS RIVARD, un nouveau lecteur de ce blogue, se dit en faveur de changements au sein du Canadien, mais il aimerait que GEOFF MOLSON instaure ensuite de la stabilité dans son organisation.
  • ED PHILION, ancien joueur des Alouettes, s’apprête à ouvrir un magasin de football à Blainville avec quelques amis. Le lancement aura lieu le 25 mars sur la rue Signori.
  • NUNZIO NOTARO, roi de la salade à Sherrington, en est un autre qui veut oublier la saison du Canadien le plus vite possible.
  • JEAN LAROSE, du quartier Ahuntsic, a hâte de recommencer à jouer au tennis en plein air avec Francine et Pépino.
  • PHILIPPE MESSIER, retraité de Domtar-Estrie, garde la forme en patinant régulièrement. On ne lui donnerait jamais 70 ans.
  • Ça sent le printemps et le vétéran LÉONIDE (Babe) THÉORÊT, de Valleyfield, a commencé à astiquer ses bâtons de golf.
  • N’hésitez pas à me faire parvenir vos commentaires en cliquant sur la petite ENVELOPPE située à droite, en-haut de cette page. Bonne journée, tout le monde.
 
 Share on Facebook Share on Twitter Share on Reddit Share on LinkedIn
Commentaires fermés sur Entre vous et moi  comments 
formats

La LNH meilleure que jamais? Wô! les moteurs

Brian Burke

Brian Burke

Brian Burke, qui ne rate jamais l’occasion de faire parler de lui, a déclaré cette semaine que le hockey de la Ligue nationale était meilleur que jamais.

Il a fait cette déclaration dans le cadre de la réunion des directeurs généraux de la LNH à Boca Raton.

La patron des Maple Leafs a ajouté que le hockey était un sport viril, un sport de contact, et qu’il était impossible d’éliminer les commotions cérébrales. À son avis, on peut seulement prendre des mesures pour en diminuer le nombre.

«Les propos de Burke ne me surprennent pas, déclare Lucien Deblois, recruteur des Canucks de Vancouver. Je le connais très bien pour avoir déjà travaillé sous ses ordres. Brian est un publiciste et il est toujours prêt à vendre son sport.

«Il n’y a pas de doute que les joueurs d’aujourd’hui sont très bons. Plusieurs d’entre eux sont même excellents. En général, les gars sont plus gros et plus rapides que dans mon temps. Je maintiens cependant que les étoiles d’hier auraient brillé à toutes les époques. J’aurais aimé voir à l’oeuvre les Lafleur, Lemieux, Gretzky, Hull, Béliveau et Perreault dans une ligue sans accrochage et sans intimidation. Je pense qu’ils auraient obtenu encore plus de succès».

C’est un débat vieux comme le monde, une querelle sans fin. Il est évident que la LNH a amélioré son produit depuis le lock-out de 2004, mais ça ne veut pas dire que tous les matchs sont captivants, loin de là. Il nous arrive souvent de «pitonner» lorsque le jeu devient monotone.

Étant donné que les joueurs sont plus gros et plus rapides, ils ont moins d’espace de manoeuvre qu’auparavant. Il aurait fallu agrandir les patinoires pour leur permettre d’exprimer leur talent, mais on n’a jamais voulu le faire parce qu’il aurait fallu supprimer bon nombre de sièges parmi les plus dispendieux. Money talks!

Lorsque les joueurs ne savent plus quoi faire avec la rondelle, que font-ils? Ils s’en débarrassent ou la lancent au fond du territoire adverse. L’autre équipe s’en empare, puis l’histoire recommence. C’est ce que Ken Dryden appelait le «dump & chase». Rarement voit-on les joueurs s’échanger la rondelle trois ou quatre fois avant de tromper la vigilance du gardien. Plus souvent qu’autrement, les buts sont marqués sur un tir dévié ou un retour de lancer.

À partir des années 197o, l’internationalisation du hockey a permis d’attirer les meilleurs patineurs européens. La majorité des équipes en ont profité largement. Le plus bel exemple est celui des Red Wings de Détroit qui ont pigé allègrement dans les équipes russes et des suédoises pour embaucher les Fedorov, Larionov, Fetisov, Datsyuk, Lidstrom, Franzen et Zetterberg.

On peut donc en déduire qu’il y a plus de talent que jamais dans la LNH. Le problème, c’est qu’il est dispersé dans 30 formations. S’il y avait 10 équipes de moins, on aurait avec une super ligue où il ne serait pas nécessaire d’accorder un point à l’équipe qui se fait battre en prolongation ou en tirs de barrage. Une ligue de rêve.

Qu’en pensez-vous?

 
 Share on Facebook Share on Twitter Share on Reddit Share on LinkedIn
Commentaires fermés sur La LNH meilleure que jamais? Wô! les moteurs  comments