formats

McIlroy refuse de se comparer à Tiger Woods

AUGUSTA, Georgie— Rory McIlroy a le sourire d’un adolescent, les jambes et les épaules d’un jeune homme de 22 ans et une très bonne tête sur les épaules.

Le golfeur d’Irlande du Nord, dauphin de Darren Clarke et de Padraig Harrington, était prêt à faire face aux nombreuses questions des journalistes mardi matin. Il a rempli sa mission à la perfection avant d’aller peaufiner son jeu dans le terrain d’exercice.

Rory McIlroy

Rory McIlroy a beaucoup appris de sa défaite à Augusta l'an passé.

«Il m’a fallu environ deux semaines pour digérer ma défaite de l’an dernier au tournoi des Maîtres, a-t-il dit d’entrée de jeu. De toute évidence, je n’étais pas encore prêt à gagner un tournoi majeur, mais j’ai beaucoup appris dans la défaite. Deux mois plus tard, j’ai eu la chance de me reprendre en gagnant l’Omnium des Etats-Unis. Il faut être dans sa bulle pour gagner un tournoi de cette envergure, mais il faut aussi être capable de relaxer et d’apprécier chaque moment. Le golf reste un jeu».

On se souviendra que McIlroy se dirigeait vers la victoire quand il a vu le ciel lui tomber sur la tête au 10e trou. Il a raté complètement son coup de départ et n’a jamais été capable de récupérer. Il a finalement joué une ronde de 80 et il a dû se contenter d’une égalité en 15e place.

«Aujourd’hui, je peux en rire, a-t-il ajouté. Après tout, ce n’est pas la fin du monde. Je ne savais pas qu’on pouvait frapper la balle si près de ces pavillons blancs!

«J’étais en Malaysie quelques jours plus tard lorsque j’ai reçu un coup de téléphone de Greg Norman. Il voulait me remonter le moral et cet appel m’a fait le plus grand bien. S’il y en a un qui a vécu des mésaventures à Augusta, c’est bien lui. Il savait exactement les sentiments qui m’habitaient. Je dois cependant préciser que je n’étais pas encore né lorsque Norman a connu des ennuis!»

EXERCICE D’HUMILITÉ

De nombreux journalistes souhaitent la naissance d’une grande rivalité entre Tiger Woods et le jeune McIlroy. Ils ont souhaité la même chose en 1999 lorsque Sergio Garcia s’est présenté à l’avant-scène, mais le duel n’a jamais eu lieu et Sergio est toujours en quête de son premier titre majeur.

On verra maintenant si McIlroy peut relever un aussi grand défi et si Tiger est capable de maintenir la cadence après avoir connu des ennuis de toutes sortes.

«J’apprécie tous les commentaires élogieux à mon endroit, mais je me fiche des pronostics des preneurs aux livres et je n’ai aucune envie de me comparer à Tiger Woods, a dit McIlroy. J’espère seulement être capable de suivre ses traces et de répéter quelques-uns des exploits qu’il a réussis durant les 15 dernières années. Ce gars-là a gagné l’Open des Etats-Unis sur une seule jambe (en 2008) et il est peut-être le meilleur golfeur de tous les temps.

«Tiger a traversé une période difficile durant les deux dernières années. Ça prend du temps pour se remettre d’une blessure à un genou. Les gens ont la mémoire courte et la critique facile. Il semble maintenant avoir retrouvé ses moyens et c’est une excellente nouvelle pour le monde du golf.

«Je suis optimiste parce que je pense être un bien meilleur golfeur que l’an passé. Je suis plus à l’aise et plus confiant avec mon «putter». J’ai aussi plus d’expérience dans mon sac. Mon seul objectif pour la semaine est de faire de mon mieux en espérant que ce soit suffisant pour tenir tête à un joueur de la trempe de Tiger. Mon jeu se porte bien et mon attitude est excellente, mais il y a loin de la coupe aux lèvres.

«Il y a plus de 90 joueurs ici et plusieurs d’entre eux se croient capables de remporter la victoire. Tout ce que je peux faire, c’est me concentrer sur ma propre partie. Je ne peux rien changer dans le jeu des autres», a-t-il conclu.

Ce jeune homme n’a pas fini de nous surprendre.

 
 Share on Facebook Share on Twitter Share on Reddit Share on LinkedIn
Commentaires fermés sur McIlroy refuse de se comparer à Tiger Woods  comments 
formats

L’Express d’Augusta

  • AUGUSTA, Georgie—  Pour la première fois depuis 1993, le grand ERNIE ELS devra se contenter de regarder le tournoi des Maîtres à la télévision. Il a longtemps été parmi les favoris à Augusta, mais il aurait fallu que son nom figure parmi les 50 premiers au classement mondial pour être invité cette année. Certains auraient voulu qu’on lui accorde une exemption, mais il n’en aurait pas voulu de toute façon. C’est du moins ce qu’il dit. «Big Easy» prend de l’âge et il a des ennuis avec son FER DROIT. Peut-être qu’on ne le reverra jamais parmi l’élite mondiale.
  • Trente-cinq ans après sa première victoire au Masters, TOM WATSON a été honoré par le maire d’Augusta et les autorités municipales, lundi soir. En 1977, Watson a vaincu JACK NICKLAUS par deux coups pour mériter son premier veston vert. Trois mois plus tard, il l’a battu de nouveau dans un duel historique à Turnberry. C’était le début d’une grande rivalité entre le rouquin de Kansas City et le Golden Bear.

    Tom Watson

    Tom Watson, maintenant âgé de 62 ans, vit sur une ferme dans la région de Kansas City.

  • FURMAN BISHER, vétéran journaliste du Atlanta-Constitution, est mort il y a deux semaines à l’âge de 93 ans. CLAUDE RAYMOND l’a très bien connu quand il lançait pour les Braves. Bisher a couvert le tournoi des Maîtres 62 ans d’affilée et tout le monde aimait discuter avec lui des légendes du golf et du baseball. Il avait même interviewé SHOELESS JOE JACKSON au début de sa carrière. Pour honorer sa mémoire, les organisateurs du Masters ont placé un petit CHAPEAU JAUNE sur la banquette qu’il occupait dans la rangée C.
  • GARY PLAYER, qui a gagné 165 tournois à travers le monde, y compris neuf victoires dans les tournois majeurs, sera invité à frapper la première balle en compagnie de ses amis ARNOLD PALMER et JACK NICKLAUS, jeudi matin. Il s’occupera ensuite de noircir les calepins de notes des journalistes comme lui seul sait le faire.
  • JUDY RANKIN, ex-championne de la LPGA, est en deuil de son mari.
  • On prévoit du beau temps toute la semaine à Augusta, sauf vendredi où les chances de pluie sont d’environ 60 pour cent. Le mercure devrait varier entre 58 et 85 degrés Farenheit.
  • Les journalistes canadiens sont les invités de DIANE DUNLOP-HÉBERT, nouvelle présidente de l’Association royale de golf du Canada, ce soir, en banlieue d’Augusta.
  • DAVIS LOVE n’est pas parmi les inscrits. Il souffre d’une fracture à une côte.
  • CAROL VADNAIS rend visite à son ami SERGE SAVARD à Hilton Head cette semaine. Ils en profiteront pour regarder ensemble le tournoi des Maîtres après une longue randonnée en vélo le long de la plage!
  • Réponse au QUIZ de la semaine: RICHARD MARTIN est le seul membre de la French Connection à avoir connu une saison de 50 buts. Il a réussi l’exploit à deux reprises.
  • D’autres échos plus tard aujourd’hui.
 
 Share on Facebook Share on Twitter Share on Reddit Share on LinkedIn
Commentaires fermés sur L’Express d’Augusta  comments 
formats

Les anniversaires du mardi 3 avril

avril
3
par dans Anniversaires
  • BERNARD PARENT, meilleur gardien de but de l’histoire des Flyers, 67 ans.
  • DAMON DUVAL, ex-botteur des Alouettes, 32 ans.
  • MIKE TORREZ, ancien lanceur des Expos, 63 ans.
  • BRENT GILCHRIST, ancien des Red Wings, 45 ans.
  • JOHN MUCKLER, ex-entraîneur des Oilers et des Sénateurs, 78 ans.
  • BERNARD HÉNEAULT, baseball amateur, 61 ans.
  • JUNIOR BLANCHET, as golfeur de l’Estrie, 39 ans.
  • WAYNE NEWTON, une légende du spectacle à Las Vegas, 69 ans.
  • MIKE LANSING, ancien des Expos, 44 ans.
  • JEAN-GUY CÔTÉ, golfeur de Sherbrooke, 61 ans.
  • PHIL RODGERS, ex-champion de la PGA, 74 ans.
  • EDDY MURPHY, comédien, 51 ans.
  • STEPHEN WEISS, des Panthers de Miami, 29 ans.
  • BILLY DEA, ancien des Red Wings, 79 ans.
  • THÉRÈSE TREMBLAY, de Laval.
  • GEORGES MOSHOVOS, de Rivière-Beaudette, 74 ans.
  • DORIS DAY, ex-vedette du cinéma, 9o ans.
 
 Share on Facebook Share on Twitter Share on Reddit Share on LinkedIn
Commentaires fermés sur Les anniversaires du mardi 3 avril  comments 
formats

Message à Geoff Molson

Je viens de mettre les pieds dans la salle de presse du club Augusta National, toujours avec le même bonheur.

Avant de vous entretenir du prochain Masters, j’aurais un petit message pour Geoff Molson.

D’abord, je lui dis bravo pour avoir fait le ménage aussi rapidement. L’équipe était à la dérive et ça ne pouvait pas continuer comme ça. Il a mis ses culottes et il a pris les décisions qui s’imposaient.

Si je peux me le permettre, je lui refile maintenant le conseil suivant: arrêtez donc de faire du marketing et mettez-vous à FAIRE DU HOCKEY!

Si on se fie à ce qu’on entend à gauche et à droite, Patrick Roy est le grand favori du public pour succéder à Randy Cunneyworth. On le réclame à grands cris. Il faudra avoir une fichue de bonne raison pour l’ignorer.

Pour ce qui est du poste de directeur général, Julien Brisebois semble avoir une longueur d’avance. Avec un adjoint de la trempe d’André Savard, il pourrait sans doute faire du bon travail. Ce sera à Geoff Molson et à Serge Savard de voir si Brisebois est disponible, s’il est le bon candidat et il s’il ferait bon ménage avec un homme aussi fougueux que Patrick Roy.

De toute façon, le prochain directeur général du Canadien pourra difficilement faire pire que Pierre Gauthier et Bob Gainey!

L’important, c’est qu’on bâtisse une solide organisation avec des hommes capables de concocter une équipe de première division. Le meilleur marketing, c’est encore celui qu’on fait sur la patinoire.

À bon entendeur, salut!

 
 Share on Facebook Share on Twitter Share on Reddit Share on LinkedIn
Commentaires fermés sur Message à Geoff Molson  comments