formats

Bonjour, amateurs de sports

avril
25
par dans Potins
  • Si vous êtes comme moi, vous allez bientôt faire une INDIGESTION DE HOCKEY. Il y a tellement de matchs en première ronde que j’ai du mal à suivre ce qui se passe ailleurs dans le monde! Heureusement, ce n’est pas le niveau d’intensité qui fait défaut. Même que les joueurs dépassent souvent les BORNES dans le feu de l’action. Pour ce qui est des ARBITRES, c’est toujours la même rengaine. Ils pratiquent un métier très difficile, mais ils manquent parfois de jugement. Enfin, je déplore le fait que la majorité des équipes pratiquent le MÊME STYLE DE JEU. Tu passes d’une série à l’autre et c’est du pareil au même. Êtes-vous d’accord?
  • MARC DE FOY, qui suit les activités du Canadien depuis une vingtaine d’années, a raison de dire que ROBERTO LUONGO transporte sur ses épaules 40 ans d’attente de la part des partisans des Canucks. Pour son propre bien, Roberto ferait mieux d’aller jouer ailleurs. Ne soyez pas surpris s’il aboutit à TAMPA BAY, mais d’autres équipes vont lui faire les yeux doux.

    Roberto Luongo

    Roberto Luongo: son nom est sur toutes les lèvres. Pour son propre bien, il ferait mieux d'aller jouer dans une autre ville.

  • SIDNEY CROSBY prend une sage décision en refusant de participer au championnat mondial. Il vient de connaître une année très difficile en ce qui concerne sa SANTÉ. Il doit prendre les prochains mois pour se remettre en forme.
  • ALEXANDER OVECHKIN ne manque pas de courage pour foncer sur un géant comme ZDENO CHARA. Comme le dit si bien Michel Bergeron, Chara est «un gros meuble à tasser».
  • DALE TALLON est mon choix pour le titre de meilleur directeur général. Il a su trouver 10 joueurs capables d’aider la cause des Panthers et de les mener en séries pour la première fois en 12 ans. Il faut aussi saluer le travail de DOUG ARMSTRONG à Saint-Louis.
  • Paraît-il qu’il n’y a aucun JONATHAN TOEWS, Sidney Crosby ou Steven Stamkos parmi les joueurs qui seront repêchés au mois de juin. Dans les circonstances, le futur patron du CANADIEN voudra-t-il échanger son choix de repêchage pour un joueur capable d’aider l’équipe IMMÉDIATEMENT? Ce sera un pensez-y-bien!
  • ALBERT PUJOLS connaît un affreux début de saison dans l’uniforme des Angels de Los Angeles. Après 17 matchs, il frappe pour ,232 avec zéro circuit et quatre petits points produits. Évidemment, la saison est très jeune et il va finir par éclater, mais PERSONNE ne va le plaindre après l’avoir vu signer un contrat de 10 ans d’une valeur de 240 millions. Les Cardinals de Saint-Louis lui offraient «seulement 200 millions» et il a choisi d’aller jouer sous le soleil de la Californie. Allô, la loyauté!

    Albert Pujols

    Albert Pujols ne fait rien qui vaille depuis qu'il porte l'uniforme des Angels de Los Angeles. Il est encore en quête de son premier coup de circuit.

  • CHRISTIAN DESCHÊNES, joueur, directeur général et actionnaire de l’équipe, confirme le retour du HC Carvena de SOREL-TRACY la saison prochaine. L’équipe senior n’a pas connu une si mauvaise saison en dépit des nombreuses blessures et on espère faire mieux l’hiver prochain.
  • L’excellent PEKKA RINNE a été le 10e choix des Predators de Nashville (258e au total) à la séance de repêchage de 2004.
  • RONALD KING a parfaitement raison d’écrire que ROGER CLEMENS est un être hautain et arrogant qui n’hésite pas à mentir aux amateurs de baseball. Comme tant d’autres au Texas, il se croit plus important que le monde entier! Reste à voir si on l’enverra réfléchir derrière les barreaux.
  • Les CANUCKS de Vancouver ont perdu leurs quatre derniers matchs à domicile en séries de la coupe Stanley. Ils ont été battus trois fois par les Kings cette année et ils ont perdu le match décisif contre Boston le printemps dernier.
  • Le Titan de PRINCEVILLE participe cette semaine au tournoi de la coupe Fred Page à Kanata. Il s’agit du championnat canadien de hockey junior AAA. Le Titan est dirigé par MARIO ROY.

LE MOT D’HUMOUR

Denis Gauthier à l’Antichambre: «Je n’ai pas encore rencontré un gardien de but qui n’était pas dominant!»

 
 Share on Facebook Share on Twitter Share on Reddit Share on LinkedIn
Commentaires fermés sur Bonjour, amateurs de sports  comments 
formats

Souvenirs des séries: à l’enseigne des bons voyages!

Puisque mes plus vieux souvenirs de la coupe Stanley remontent à la fin des années 1950, ils sont évidemment en noir et blanc. Je me rappelle que le regretté Philippe Robert vantait les mérites du pétrole Esso entre les périodes en nous disant que nous étions à l’enseigne des bons voyages!

esso

À la fin des années 1950, les matchs du Canadien étaient présentés par la pétrolière Esso.

René Lecavalier décrivait le jeu avec son style très particulier et, si je me souviens bien, c’est Jean-Maurice Bailly agissait comme analyste quand on voulait bien lui laisser la parole.

Durant les entractes, on voyait apparaître Camil DesRoches, Charlie Mayer, Jacques Beauchamp, Butch Bouchard ou Émile Genest, tous membres à part entière de la Ligue du vieux poêle.

Évidemment, ils avaient tous un faible pour le Bleu Blanc Rouge!

Un soir, Doug Harvey a commis une bourde dans son territoire, ce qui ne lui arrivait que très rarement, et les Blackhawks en ont profité pour égaler la marque. En prolongation, le célèbre numéro 2 a décidé de corriger lui-même sa bévue. Il s’est emparé de la rondelle dans sa zone, a déjoué tout le monde sur son passage et s’est chargé d’inscrire le but de la victoire.

Je devais avoir huit ou neuf ans et je me souviens d’être allé me coucher le coeur léger.

Doug Harvey a été de loin le meilleur défenseur de son époque. Il a gagné sept trophées Norris entre 1955 et 1962, la dernière fois dans l’uniforme des Rangers de New York. Il était habile dans toutes les phases du jeu et il contrôlait à sa guise le tempo de la partie.

L’athète du quartier Notre-Dame-de-Grâce excellait aussi au baseball et au football. Il était un leader naturel, sur la patinoire comme dans le vestiaire. Il aurait dû terminer sa carrière avec le Bleu Blanc Rouge, mais Frank Selke l’a échangé aux Rangers pour le punir d’avoir fondé le syndicat des joueurs avec Ted Lindsay, Dollard Saint-Laurent et quelques autres.

Doug Harvey

Doug Harvey a été de loin le meilleur défenseur de son époque. Un leader sur la glace et dans le vestiaire.

Plus tard, Doug a traîné son baluchon dans plusieurs villes de la Ligue américaine. Il a notamment joué pour les As de Québec. En 1968, il était cantonné à Kansas City lorsque Scotty Bowman lui a lancé un S.O.S. pour aider la cause des Blues de Saint-Louis. À 44 ou 45 ans, il pouvait encore tenir son bout face aux meilleurs joueurs de la LNH.

Bowman a toujours parlé de Doug Harvey avec une grande admiration. Dans son livre, l’ex-défenseur du Canadien est dans la même classe qu’un certain Bobby Orr. Ça veut tout dire.

 
 Share on Facebook Share on Twitter Share on Reddit Share on LinkedIn
Commentaires fermés sur Souvenirs des séries: à l’enseigne des bons voyages!  comments 
formats

Les anniversaires du mercredi 25 avril

avril
25
par dans Anniversaires
  • VLADISLAV TRETIAK, fameux cerbère de l’Armée Rouge, 60 ans.
  • ROGER RAYMOND, professeur de tennis au Sporting Club de Montréal, 61 ans.
  • MEADOWLARK LEMON, ex-vedette des Harlem Globetrotters, 80 ans.
  • PATRICE FORCIER, directeur général du club de la Vallée du Richelieu, 52 ans.
  • JOE BUCK, commentateur au réseau FOX, 43 ans.
  • YVES COURTEAU, ex-joueur des Voisins de Laval, 48 ans.
  • GASTON PÉPIN, ex-journaliste de Trois-Rivières, 84 ans.
  • TRAVIS FRYMAN, ancien des Indians de Cleveland, 43 ans.
  • LYNE VALLIÈRES, du Comité des Jeunes de Rosemont.
  • LEEROY BROWN, de Saint-Nicéphore.
  • AL PACINO, fameux acteur américain, 72 ans.
  • MARTIN DEMERS, Craig MacDonald et Jean-Marc Lacroix, de Montréal.
  • TALIA SHIRE, comédienne, 66 ans.
  • BRYCE LIBERTY, ancien joueur de la Ligue Dépression, 55 ans.
  • JOCELYNE LIZOTTE  et MANUEL BRETON, des JSH.
 
 Share on Facebook Share on Twitter Share on Reddit Share on LinkedIn
Commentaires fermés sur Les anniversaires du mercredi 25 avril  comments 
formats

Ramener Vigneault? Pas si simple que ça

L’élimination rapide des Canucks de Vancouver, champions de l’Association de l’Ouest en saison régulière, relance la machine à rumeurs.

Tout le monde se demande si Roberto Luongo ira poursuivre sa carrière dans une autre ville et si Alain Vigneault sera de retour derrière le banc des Canucks après avoir été incapable de les ramener en finale.

Dans le cas de Luongo, il faut savoir qu’il possède une clause de non-échange et un riche contrat à long terme qui lui rapporte plus de cinq millions par année. Pour l’échanger et céder toute la place au jeune Cory Schneider, il faudra d’abord obtenir sa permission.

Plusieurs équipes ont besoin d’un gardien numéro un. Il suffit de penser aux Maple Leafs de Toronto, au Lightning de Tampa Bay ou aux Blue Jackets de Columbus. Reste à voir si l’athlète de Saint-Léonard serait tenté par une de ces destinations.

Alain Vigneault

Alain Vigneault a remporté 287 victoires en six ans à Vancouver. Il a gagné un trophée Jack Adams et il a été finaliste deux fois.

Vigneault, lui, est sous contrat pour deux autres campagnes et personne ne peut nier le fait qu’il a accompli de l’excellent travail à la barre des Canucks durant les six dernières années. Durant cette période, son équipe a gagné 287 fois pour une impressionnante moyenne de presque 48 victoires par saison. Il a mérité le trophée Jack Adams en 2007 et il a été finaliste en 2010 et 2011.

Le seul reproche qu’on peut lui adresser, c’est d’avoir perdu trois fois en deuxième ronde des séries et une fois en première ronde. Comme si c’était lui qui marquait les buts ou qui bloquait les rondelles…

D’ABORD UN DIRECTEUR GÉNÉRAL

Rien n’est impossible dans le merveilleux monde du sport professionnel, mais les Canucks devront y penser deux fois avant de se départir d’un homme de hockey de la trempe  d’Alain Vigneault.

Je connais des gens qui le voient déjà derrière le banc du Canadien à la place de Randy Cunneyworth, mais c’est loin d’être fait.

Geoff Molson et Serge Savard devront d’abord trouver un directeur général capable de «faire le ménage» et de redonner de la crédibilité à cette organisation. Ils ne doivent surtout pas se tromper car leur décision aura une grande influence sur l’avenir d’une équipe qui tourne en rond depuis beaucoup trop longtemps.

En supposant que le nouveau directeur général ait carte blanche, ce sera à lui de dénicher ensuite un entraîneur de qualité. Un homme avec lequel il pourra bien s’entendre et pousser dans la même direction.

Si vous voulez mon avis, je ferais confiance à Julien Brisebois avec un adjoint de la trempe d’André Savard. Brisebois a grandi dans l’organisation du Canadien, il a des idées jeunes et «Sam» pourrait l’aider à tirer les bonnes ficelles.

Pour ce qui est de Patrick Roy, c’est une autre paire de manches. À cause de son style et de son caractère, il ne laisse personne indifférent, mais une chose est certaine: il connaît la tradition du Canadien, il est un gagnant et la pression ne lui fait pas peur. S’il s’installait derrière le banc, il n’accepterait pas le demi-mesures.

 

 

 

 

 
 Share on Facebook Share on Twitter Share on Reddit Share on LinkedIn
Commentaires fermés sur Ramener Vigneault? Pas si simple que ça  comments