formats

Les anniversaires du mercredi 13 juin

juin
13
par dans Anniversaires
  • JASON SPEZZA, joueur étoile des Sénateurs d’Ottawa, 29 ans.
  • TERRY EVANSHEN, ex-vedette des Alouettes, 68 ans.
  • JACQUES ROUGEAU, ancien lutteur, 52 ans.
  • JEAN-PIERRE BORDELEAU, ancien des Blackhawks, 63 ans.
  • VALERI BURE, ancien du Tricolore, 38 ans.
  • PIERRE DONAIS, animateur de Gatineau, 61 ans.
  • GLENN MICHIBATA, ex-champion de tennis, 50 ans.
  • CHUCK TEKENOS, l’ancien pro du club Whitlock, 60 ans.
  • HECTOR POTHIER, ancien des Eskimos, 58 ans.
  • CHRISTIAN BERLAND, retraité de Montréal-Concordia, 69 ans.
  • VINCENT ROSELLI, de Sherbrooke, 68 ans.
  • DENIS SAINT-PIERRE, trot et amble, 51 ans.
  • ERNIE WHITT, ex-receveur des Blue Jays, 60 ans.
  • BOB CARPENTER, ancien des Devils, 49 ans.
  • WILLIE HAMPTON, ancien des Alouettes, 55 ans.
  • BETTIN BUNGE, tennis, 49 ans.
  • MEL LUNSFORD, football, 62 ans.
  • VÉRONIQUE LAVOIE, de Chicoutimi.
  • CÉLINE HUET, sportive de l’Outaouais.
  • GAÉTAN FORTIER, de Sherbrooke, 68 ans.
  • JACQUES BROUILLETTE, des Patriotes de Trois-Rivières.
  • RICHARD BOUSQUET, journaliste.
 
 Share on Facebook Share on Twitter Share on Reddit Share on LinkedIn
Commentaires fermés sur Les anniversaires du mercredi 13 juin  comments 
formats

Dale Tallon n’a pas oublié sa jeunesse à Rouyn-Noranda

juin
12
par dans À la Une, Hockey

ROUYN-NORANDA– Dale Tallon, qui vient d’obtenir une prolongation de contrat de la part des Panthers de Miami, n’a pas hésité à répondre à l’invitation de son vieux pote Gilles Laperrière afin d’appuyer la Fondation hospitalière de Rouyn-Noranda.

L’ex-défenseur des Blackhawks s’est d’abord rendu à Montréal, puis il a sauté dans un petit avion à hélices en direction de sa ville natale. Même s’il vit aux Etats-Unis depuis de nombreuses années, il s’exprime encore très bien dans la langue de Molière et il n’a rien oublié de sa jeunesse en Abitibi. Sa mémoire est prodigieuse.

Dale Tallon

Dale Tallon n'était pas seulement un très bon joueur de hockey. Il excellait aussi au golf. À 18 ans, il a été couronné champion junior du Canada.

Dale était visiblement content de revoir le «Grand Lap», Yvon Martin (frère de Pit), Mel Casey, Norm Connelly, Pit Laflamme et plusieurs autres sportifs du Nord-Ouest. Il en a profité pour discuter de ses belles années avec les Copper Kings dans la Ligue juvénile du Nord-Ouest et de ses débuts comme golfeur au club Noranda.

Il faut savoir que Tallon était aussi bon avec un bâton de golf qu’il pouvait l’être sur une paire de patins. À 18 ans, il a remporté le championnat junior du Canada. Il a même battu Doug Roxburgh devant ses partisans à Kelowna. Roxburgh allait remporter quatre fois le championnat amateur du Canada.

Durant son séjour en Ontario, il a également appris beaucoup de trucs en jouant avec Al Balding, une autre légende du golf canadien. «Il me prêtait des vêtements contre la pluie et on jouait toute la journée», dit-il.

Tallon conserve précieusement une photo où le voit avec son père Stan (décédé il y a quelques années), Norm Connelly et son fils Gary, ex-policier du Canadien Junior. «Je portais le chandail du Canadien et Gary celui des Red Wings, précise-t-il. C’est une photo qui a pour moi une grande signification».

Stan Tallon et Norm Connelly ont été coéquipiers au hockey senior. Ils ont ensuite aidé des centaines de jeunes à pratiquer leur sport favori.

«J’avais seulement 13 ans lorsque j’ai joué mon premier match avec les Copper Kings, rappelle le patron des Panthers. Mon père dirigeait l’équipe et il lui manquait un joueur pour affronter l’équipe de Kirkland Lake. Il m’a fait promettre de ne pas en parler à maman. Je me suis fait casser le nez par un coup de bâton en fin de match et j’avais le visage pas mal enflé. J’ai dit à ma mère que je m’étais battu à l’école, mais elle ne me croyait pas. Elle a appris la vérité en écoutant la radio le lendemain matin. Ça jasait fort à table sur l’heure du souper!»

LE CANADIEN ÉTAIT INTÉRESSÉ

Tallon n’était pas content quand il a appris que le Canadien, à la recherche d’un nouveau directeur général, avait discuté à son insu avec la direction des Panthers. On voulait savoir s’il était disponible, mais il ne l’était pas.

Il ne cache pas que le poste de directeur général du Canadien l’aurait intéressé si on lui avait fait une offre alléchante. Un gars de Noranda ne refuse pas de diriger une organisation qui a souvent été comparée à celle des Yankees de New York.

Au lieu de cela, les Panthers ont choisi de le garder avec eux et de prolonger son entente de deux ans. Il est donc sous contrat pour les quatre prochaines années dans le sud de la Floride. Cela devrait le mener jusqu’à l’heure de la retraite, bien qu’on ne sache jamais ce qui peut se produire dans la jungle du hockey professionnel.

UNE CARRIÈRE BIEN REMPLIE

Après avoir porté les couleurs des Generals d’Oshawa et des Marlboros de Toronto où il a connu une saison de 39 buts, Dale Tallon a été le premier choix des Canucks de Vancouver à la séance de repêchage de 1970, tout juste derrière Gilbert Perreault.

Dale Tallon

Dale Tallon, alors jeune défenseur des Canucks de Vancouver, a été invité au camp d'entraînement d'Équipe Canada en vue de la Série du Siècle. C'était il y a déjà 40 ans.

Il a joué dans la Ligue nationale pendant 10 ans avec les Canucks, les Blackhawks de Chicago et les Penguins de Pittsburgh. Malgré les blessures, il a amassé 98 buts et 238 passes. Il a été choisi deux fois dans l’équipe d’étoiles et il a été invité au camp d’entraînenent d’Équipe Canada en vue de la Série du Siècle.

Une fois à la retraite, il a travaillé comme analyste à la radio et à la télévision pendant 16 ans avant de succéder à Bob Pulford comme directeur général des Blackhawks. Il a brillamment reconstruit l’équipe avec des joueurs comme Patrick Kane, Jonathan Toews, Patrick Sharp, Kris Versteeg, Brian Campbell et Marian Hossa.

À l’été 2009, il a été remplacé par Stan Bowman, fils de Scotty, une décision qui a soulevé l’ire de plusieurs joueurs des Blackhawks. Martin Havlat ne s’est pas gêné pour critiquer publiquement le président John McDonough, laissant entendre que Tallon avait été remercié de ses services parce qu’il portait ombrage à son patron.

Tallon n’était plus là quand les Blackhawks ont gagné la coupe au printemps 2010, mais on a reconnu ses efforts le jour de son 60e anniversaire de naissance en lui remettant sa bague de la coupe Stanley. Il ne l’avait pas volée.

Embauché par les Panthers, il n’a pas tardé à modifier la chimie de son club. Il a embauché une dizaine de joueurs relativement peu connus et les Panthers ont participé aux séries de la coupe Stanley pour la première fois en 12 ans.

Du haut du ciel, son père Stan est certainement très fier de lui.

 
 Share on Facebook Share on Twitter Share on Reddit Share on LinkedIn
Commentaires fermés sur Dale Tallon n’a pas oublié sa jeunesse à Rouyn-Noranda  comments 
formats

Les anniversaires du mardi 12 juin

juin
12
par dans Anniversaires
  • MARC TARDIF, ancien joueur étoile des Nordiques, 63 ans.
  • MICHEL BERGERON, ancien coach des Nordiques, 66 ans.
  • MATHIEU SCHNEIDER, ancien du Tricolore, 43 ans.
  • WADE REDDEN, ex-défenseur des Sénateurs d’Ottawa, 35 ans.
  • GEORGE ATHANS, champion de ski nautique, 51 ans.
  • MARK CALCAVECCHIA, vétéran de la PGA, 52 ans.
  • HIDEKI MATSUI, des Rays de Tampa Bay, 38 ans.
  • JESSE BÉLANGER, du Cool FM de Saint-Georges, 43 ans.
  • MICHEL LEVAC, ex-champion de motoneige, 68 ans.
  • Le docteur JEAN BEAUCHEMIN, sport amateur.
  • MARCUS MICHAUD, coiffeur des sportifs, 52 ans.
  • GHYSLAIN LAFRENIÈRE, golfeur, 42 ans.
  • CLAUDE ALLAIN, ex-président de Hockey-Québec.
  • RICKY DUBÉ, de Lachine, 72 ans.
  • JEAN-MARIE JULIEN, ex-président de la Ligue de soccer Élite.
  • FRÉDÉRIC CASSIVI, ancien hockeyeur, 37 ans.
  • ROGER ROBILLARD, sportif de Lanaudière.
  • RÉNALD KÉROUACK, journaliste à la retraite.
  • JOSEÉ BOUCHARD, des JSH, 43 ans.
 
 Share on Facebook Share on Twitter Share on Reddit Share on LinkedIn
Commentaires fermés sur Les anniversaires du mardi 12 juin  comments 
formats

Tout ce qui traîne finit par se salir

juin
11
par dans Potins

Vous connaissez mon aversion pour le sport automobile, son vacarme et son jet set. Non merci, pas pour moi. Je comprends cependant que le Grand Prix du Canada est un événement de grande importance pour l’économie de Montréal et son image de marque à travers le monde.

C’est pourquoi je sympathise avec les organisateurs qui ont dû multiplier les efforts afin que les manifestations au centre-ville ne nuisent pas trop à leur festival annuel. Je sympathise aussi avec ces commerçants qui perdent beaucoup d’argent et qui vivent dans l’inquiétude depuis des semaines.

manifs

Ce qui se passe à Montréal depuis quelques semaines est vachement inquiétant. (photo Le Globe)

Comment aimeriez-vous être propriétaire d’un magasin sur la rue Sainte-Catherine ces jours-ci?

Chacun son opinion au sujet de  cette «guerre d’usure» entre le gouvernement Charest et la classe étudiante, mais il est évident que ça dure depuis beaucoup trop longtemps et que la majorité silencieuse souffre d’écoeurantite aigüe.

La crise a été mal gérée dès le départ et le gouvernement s’en remet maintenant aux forces policières pour tenter de maintenir l’ordre. Les scènes qu’on nous montre à répétition au petit écran (trop souvent à mon goût) ont de quoi nous faire réfléchir sur l’avenir de notre société.

Montréal n’a plus rien à voir avec cette ville tranquille que j’ai connue durant les 40 dernières années. Une ville qui respirait généralement le calme et la joie de vivre. Une ville où on pouvait circuler librement dans les rues, le jour comme la nuit.

On peut aussi se demander si on n’est pas en train de creuser un large fossé entre la métropole et le reste de la province.

Les images qu’on projette aux quatre coins de la planète ont déjà fait fuir des milliers de touristes. Peu importe son allégeance politique, on peut aussi s’imaginer que le reste du Canada en a marre d’une province aussi agitée.

Tout se qui traîne finit par se salir. Semble-t-il qu’il y aura des élections provinciales au mois d’août, mais est-ce que ce sera suffisant pour ramener la paix sociale?

Bonne semaine quand même!

LA FRICASSÉE DU LUNDI

  •  GUILLAUME LEMAY-THIVIERGE a célébré ses 36 ans en faisant 36 sauts en parachute à Notre-Dame-de-Lourdes, près de Joliette. En voilà un qui ne reste pas longtemps à la même place.
  • DALE TALLON est arrivé à Rouyn-Noranda dimanche soir pour revoir ses amis d’enfance et participer au tournoi de golf de la Fondation du Centre hospitalier. Il en avait long à raconter à GILLES LAPERRIÈRE, Yvon Martin, Mel Casey et Pit Laflamme à la Cage aux Sports. Tous les échos dans une prochaine chronique.
  • Le septième sacre de RAFAEL NADAL à Paris était aussi son 11e titre majeur. Il s’approche dangereusement de ROGER FEDERER qui en a 16.
  • Très erratique avec ses coups de départ, MAUDE-AIMÉE LEBLANC a dû se contenter de la 36e place au championnat de la LPGA, 13 coups derrière la championne. Pas facile, le métier de recrue!
  • Les DEVILS n’ont toujours rien à perdre. Toute la pression repose sur les Kings, ce soir, à Los Angeles.
  • JACQUES LAFFITE, ex-champion de F-1, a accordé une très bonne entrevue à GUY SIMARD sur les ondes de 98,5FM, dimanche matin. Il a notamment déclaré qu’il regrettait encore de ne pas avoir chanté la Marseillaise après avoir remporté la victoire au Grand Prix de Suède. Laffite agit comme analyste pour TF1.
  • RED FISHER, qui vient de prendre sa retraite à l’âge de 85 ans, a assisté à 17 des 24 conquêtes de la coupe Stanley par le Canadien. L’organisation trouvera sûrement une façon de lui rendre hommage comme elle l’a fait pour JACQUES BEAUCHAMP, René Lecavalier et Danny Gallivan.
  • Tel que prévu, le PHOENIX de Sherbrooke a fait de DANIEL AUDETTE son premier choix à la séance de repêchage de la LHMJQ. Malgré sa petite taille, on dit le plus grand bien de ce jeune patineur.
  • Présenté au club Venise, le dernier tournoi 24 Heures Excel-Jean Coutu a permis d’amasser plus de 420 000$ pour la Fondation du CHUS. Parmi les inscrits, il y avait JAMES McMAHON, Christine Rehel, Roger Labonté, Michel Doyon, Charles Custeau, Daniel Labonté, Alain Laroche, Pat Logan et la belle LUCE DUFAULT.
  • RICHARD DUBUC vous invite à son premier mercredi Fénérick, mercredi, au club GRAND DUC de Sainte-Sophie. Pour en savoir plus, il suffit de cliquer sur Fenerick.com
  • La réponse au QUIZ de la semaine: BERNARD PARENT, des Flyers, a gagné le trophée Conn Smythe deux fois de suite, en 1974 et 1975.
  • Le 37e tournoi PIF DÉPATIE, la grande fête de la balle lente en Estrie, aura lieu au parc Quintal de SHERBROOKE du 25 juin au 1er juillet. L’ex-pompier JEAN-CHARLES DOYON est de retour à la direction générale.
  • BOB MARTIMBEAULT, ex-défenseur des Rockets de Drummondville et ancien président de la Ligue de baseball Élite du Québec, ne jure que par sa petite LÉONORE. C’est son rayon de soleil.
  • Bravo au bijoutier YVON POIRIER, de Richmond, pous son implication sociale durant les 40 dernières années. Yvon a été très actif au sein de la Chambre de Commerce et dans l’organisation du Mousquiri, le plus vieux tournoi de hockey mineur de la province après le tournoi pee-wee de Québec.
  • RONALD BÉLISLE a du mal à croire qu’il en est à sa 34e année chez Molson. Excellent golfeur, il a longtemps été un des longs frappeurs de la province à la balle molle.
  • LAVAL CHARTRÉ sera de retour comme président de la fête du LAC DES NATIONS à Sherbrooke. Parmi ses adjoints, il y aura JEAN-PIERRE BEAUDOIN, Alphonse Fabi et Pierre Cameron.
  • En dépit du mauvais temps, MATHIEU VIENS, Ludovic Saint-Laurent et Benoît Champigny ont uni leurs efforts pour faire un succès du tournoi annuel du TOURNESOL.

LE MOT D’HUMOUR

Guy Carbonneau: «Dans mon temps, les joueurs de 230 ou 240 livres étaient assis au bout du banc et ils ne jouaient pas souvent».

 
 Share on Facebook Share on Twitter Share on Reddit Share on LinkedIn
Commentaires fermés sur Tout ce qui traîne finit par se salir  comments