formats

Les anniversaires du dimanche 15 avril

avril
15
par dans Anniversaires
  • TIM THOMAS, gardien de but des Bruins, 38 ans.
  • ILYA KOVALCHUK, grande vedette des Devils, 29 ans.
  • KEVIN LOWE, président des Oilers, 53 ans.
  • DON MARCOTTE, ancien ailier gauche des Bruins, 65 ans.
  • JIMMY WAITE, ex-gardien des Saguenéens et des Blackhawks, 43 ans.
  • PIERRE GUITÉ, ancien des Nordiques, 60 ans.
  • PAVEL KUBINA, des Flyers de Philadelphie, 35 ans.
  • ANDRÉ LEJEUNE, chanteur et hockeyeur, 78 ans.
  • PIERRE AUBRY, ancien des Nordiques, 52 ans.
  • JEAN BÉLISLE, ex-gardien de but de Saint-Hyacinthe, 55 ans.
  • CLAUDE LAVOIE, le Nounou des Anciens Canadiens, 72 ans.
  • MARIE-FRANCE HÉBERT, la belle Lavaloise, 45 ans.
  • JEAN-PIERRE TOUPIN, ancien relationniste, 65 ans.
  • TED SIZEMORE, ancien des Cards, 67 ans.
  • PAT SUPPLE, ancien boxeur, 75 ans.
  • YVAN LANCIAULT, de Lacolle.
  • MICHÈLE VADNAIS, de Boucherville, 36 ans.
  • ANDRÉ BOISCLAIR, ancien chef du PQ, 46 ans.
  • KEITH ACTON, ancien du Tricolore, 54 ans.
  • BENOÎT GIASSON, skieur des Laurentides, 52 ans.
  • CLAUDIA LAROCHELLE, journaliste à la pige.
  • CLAUDIA CARDINALE, ex-vedette du cinéma, 73 ans.
  • TODD ELIK, ancien joueur de la LNH, 46 ans.
  • MARIE-CLAUDE BOUTIN, des JSH, 40 ans.
 
 Share on Facebook Share on Twitter Share on Reddit Share on LinkedIn
Commentaires fermés sur Les anniversaires du dimanche 15 avril  comments 
formats

Le quiz de la semaine

avril
14
par dans Général

Stan Mikita a longtemps été le pivot de la «Scooter Line» chez les Blackhawks de Chicago. Son ailier droit était Ken Wharram, un très rapide patineur. Ted Lindsay et Ab McDonald ont complété le trio avant de céder leur place à un troisième ailier gauche en 1964. C’était un ancien joueur des Bruins de Boston. De qui s’agit-il?

(La réponse lundi)

 
 Share on Facebook Share on Twitter Share on Reddit Share on LinkedIn
Commentaires fermés sur Le quiz de la semaine  comments 
formats

Talbot se souvient de Butch

Jean-Guy Talbot regardait la télévision dans sa résidence du Cap-de-la-Madeleine, près du fleuve Saint-Laurent, quand il a appris la mort de Butch Bouchard, samedi matin.

«Je perds un bon chum, dit l’ancien numéro 17. C’est moi qui ai pris la place de Butch durant la saison 1955-56. Il n’a joué que 12 parties cette année-là, mais Toe Blake l’a gardé dans l’équipe pour aider les recrues. Un jour, il m’a dit: «Le jeune, prends ma place. Je sais que tu vas réussir. J’ai finalement porté les couleurs du Canadien pendant 12 ans».

Jean-Guy Talbot

Jean-Guy Talbot doit une fière chandelle à Butch Bouchard.

Bouchard savait alors que sa carrière tirait à sa fin, mais il a accepté de rester pour aider Blake à remporter sa première coupe Stanley comme instructeur. Il a fait une présence sur la patinoire dans le dernier match de la série finale et cela lui a permis d’avoir son nom inscrit sur la coupe.

«Quand j’ai vu jouer Butch, il était en fin de carrière, ajoute Talbot. Il était droitier et il jouait à gauche en compagnie de Tom Johnson. Il n’était pas le meilleur patineur, mais il n’était pas facile à déjouer. Je me souviens aussi que les durs-à-cuire des autres équipes hésitaient à jeter les gants contre lui.

«Il en a fait beaucoup pour les Canadiens-Français à une époque où le Canadien n’hésitait pas à recruter ses joueurs dans la région de Régina».

Le professionnel de tennis Rolland Godin en est un autre qui a très bien connu Butch Bouchard. En apprenant son décès, il a déclaré: «Butch était un homme grand, mais il était surtout un grand homme».

 

 

 

 

 
 Share on Facebook Share on Twitter Share on Reddit Share on LinkedIn
Commentaires fermés sur Talbot se souvient de Butch  comments 
formats

Butch Bouchard: la mort d’un géant

Émile (Butch) Bouchard, qui vient de mourir à l’âge de 92 ans, a été un géant dans l’histoire du Canadien et un grand capitaine, mais aussi un homme d’affaires averti et un bon père de famille.

La première fois que je lui ai parlé, c’était sur l’avenue Collins à Miami. Je couvrais alors le camp d’entraînement des Expos et mon patron Jacques Beauchamp avait pris le temps de m’expliquer toute l’importance de cet homme, tant sur la patinoire que dans la vie de tous les jours.

Butch Bouchard

Butch Bouchard a été un grand capitaine et un précieux allié pour Maurice (Rocket) Richard.

Si vous avez vu le film sur la vie et la carrière de Maurice Richard, vous avez sans doute remarqué que Butch Bouchard était un leader naturel. Même s’il n’était pas le patineur le plus élégant, il était le général à la ligne bleue, toujours prêt à défendre un coéquipier s’il était mal pris. Il était aussi capable de grimper au deuxième étage du Forum et de négocier serré avec Frank Selke pour obtenir une augmentation de salaire.

Il était fier de ses origines et ne se gênait pas pour défendre la cause des Canadiens-Français à une époque où les dirigeants du Tricolore avaient un faible pour les joueurs de l’Ontario et de l’Ouest canadien.

Gordie Howe a dit de lui qu’il était la «pierre d’assise» du Canadien à la fin des années 1940 et au début des années 1950. Difficile de trouver plus beau compliment.

QUATRE COUPES STANLEY

Butch Bouchard a joué pour le Canadien pendant 15 ans et il a aidé son équipe à gagner quatre coupes Stanley (1944, 1946, 1953 et 1956). Il était fort comme un boeuf, solide au bout du poing, et il détestait la défaite. Avant l’arrivée de Red Kelly et de Doug Harvey, il a été élu trois fois dans la première équipe d’étoiles et une fois dans la deuxième. Ses efforts lui ont valu d’être élu au Panthéon du hockey en 1966 et son chandail a été hissé dans les hauteurs du Centre Bell lors des cérémonies entourant le centenaire du Canadien, 43 ans plus tard.

On se souvient aussi de lui pour son «steak house» à l’angle de la rue Saint-André et du boulevard de Maisonneuve. Son restaurant a longtemps été le rendez-vous des joueurs du Canadien. Dickie Moore disait récemment qu’il s’ennuyait de l’époque où ses coéquipiers et lui faisaient la fête chez Butch après un long voyage en train.

Émile Bouchard s’est aussi impliqué socialement. Il a été président des Royaux de Montréal et des Ducs de Longueuil en plus de s’impliquer personnellement dans la construction de l’Académie Roussin dans l’est de la métropole.

Il possédait une mémoire d’éléphant et il était un excellent raconteur. Chaque fois que je lui ai demandé des informations sur les Glorieux, il a été d’une grande générosité. Il possédait aussi un sens de l’humour qu’il n’a pas manqué de transmettre à ses enfants.

Un soir, à Chicago, il a passé deux fois le K.-O. à un certain John Mariucci. Après le match, Mariucci s’est rendu à l’hôtel du Canadien pour lui serrer la main et le féliciter de ses talents de pugiliste!

Jean Béliveau, considéré à juste titre comme le plus grand capitaine des Glorieux, a toujours dit qu’il s’était inspiré de Butch Bouchard pour établir le lien entre les joueurs et la direction de l’équipe.

Voilà. J’espère que ces quelques paragraphes dépeignent assez bien le personnage. Permettez-moi en terminant d’offrir mes plus sincères condoléances à sa tendre épouse, Marie-Claire, et à ses cinq enfants: Émile Jr., Jean, Michel, Pierre et Susan.

 

 

 

 
 Share on Facebook Share on Twitter Share on Reddit Share on LinkedIn
Commentaires fermés sur Butch Bouchard: la mort d’un géant  comments