formats

Price doit trouver le temps long

Carey Price

Carey Price

S’il y a un joueur du Canadien qui attend la fin de saison avec impatience, c’est sûrement le gardien de but Carey Price.

Comment peut-il s’amuser avec une équipe qui n’a aucun objectif dans la dernière portion du calendrier, sauf essayer de sauver la face?

Il suffit de le regarder sur le banc des joueurs, les soirs de congé, pour s’apercevoir qu’il en a marre de jouer avec cette bande de fainéants. Son contrat viendra bientôt à échéance et il faudra lui faire une offre alléchante pour le garder à Montréal. En fait, la direction du Bleu Blanc Rouge n’a d’autre choix que de satisfaire ses exigences salariales.

On a beau chercher toutes sortes d’excuses pour expliquer les déboires du Canadien et sa position au classement, le fait est que cette équipe est tout simplement affreuse à la ligne bleue. Ce qui veut dire que le pauvre Carey est trop souvent laissé à lui-même.

Tout juste de retour au jeu après une longue absence, Andrei Markov se déplace encore avec prudence. Josh Gorges, un joueur surévalué, est à bout de souffle après avoir été surutilisé durant toute la campagne. Quant à P.K. Subban, le potentiel est là, mais il n’a pas encore terminé ses études. Il joue cependant beaucoup mieux depuis une couple de mois. Il semble avoir compris qu’il ne doit pas essayer d’en faire trop.

Tous les autres défenseurs ne sont que de vulgaires joueurs de la Ligue américaine (ou quelque chose du genre).

Price pourrait tenter de sauver sa saison en portant les couleurs de l’équipe canadienne au championnat du monde. Il pourrait aussi retourner dans son coin de pays et s’occuper de ses chevaux en attendant de voir ce que Geoff Molson fera pour éviter un deuxième naufrage.

Au risque de me répéter, le Canadien a atteint LE FOND DU BARIL. La direction a multiplié les gaffes et il ne sera pas facile de renverser la vapeur. On peut se consoler en pensant aux Sénateurs d’Ottawa ou aux Blues de Saint-Louis qui ont changé pour le mieux en l’espace de quelques mois. Le problème, c’est que le Canadien ne peut pas se fier sur la relève à Hamilton.

Pour la première fois depuis longtemps, le Canadien bénificiera d’un très bon choix à la séance de repêchage. Il ne faudrait surtout pas rater son coup comme on l’a fait dans le passé avec les Kyle Chipchura, Jason Ward, Éric Chouinard, Terry Ryan, Ron Hainsey et Mike Komisarek.

 
 Share on Facebook Share on Twitter Share on Reddit Share on LinkedIn
Commentaires fermés sur Price doit trouver le temps long  comments 
formats

Les Légendes: Fore!

mars
18
par dans Golf
Golf Les Legendes

Golf Les Legendes

Le club Les Légendes, propriété du golfeur professionnel Jean Morin, est toujours parmi les premiers à ouvrir ses portes au public. Il est aussi un des derniers à fermer boutique en automne.

Toujours est-il que le club Les Légendes, situé sur la route de Saint-Jean, accueille aujourd’hui (dimanche) ses premiers golfeurs. Les mordus de la petite balle blanche pourront s’en donner à coeur joie durant toute la semaine si on se fie aux prévisions de la météo. Mardi matin, on verra même Jackson Néron se présenter au tertre de départ en culottes courtes. Fore!

Site web: Golf Les Légendes

 
 Share on Facebook Share on Twitter Share on Reddit Share on LinkedIn
Commentaires fermés sur Les Légendes: Fore!  comments 
formats

Les anniversaires du dimanche 18 mars

mars
18
par dans Anniversaires
  • Guy Carbonneau, ex-capitaine et entraîneur du Canadien, 52 ans.
  • Zdeno Chara, défenseur étoile des Bruins de Boston, 35 ans.
  • Guy Lapointe, ancien membre du Big Three et recruteur-chef du Wild du Minnesota, 64 ans.
  • Ingemar Stenmark, une légende du ski alpin, 56 ans.
  • Andrée Martin, ex-championne de tennis, 60 ans et des poussières.
  • Matthew Lombardi, des Maple Leafs de Toronto, 30 ans.
  • Claude Malette, professionnel de golf et grand amateur de sport, 67 ans.
  • Éric Doyle, gardien de but de la Ligue Dépression, 41 ans.
  • Bob Nevin, ancien des Rangers de New York, 74 ans.
  • Marc Rioux, golfeur de Châteauguay, 64 ans.
  • Gilles Hamel, ancien des Sabres de Buffalo, 52 ans.
  • Réjean Lane, athlétisme, 58 ans.
  • Claude Landreville, du club de golf Oka, 70 ans.
  • Andy Sonnanstine, lanceur des Rays de Tampa Bay, 29 an.
  • Michel Sauvé, retraité de Labatt, 65 ans.
  • Aurelio Franco, le Beau Brummel du quartier Ahuntsic, 40 ans.
  • Sophie Ménard-Meloche, du club de golf Le Mirage.
  • Brian Griese, ancien des Dolphins de Miami, 37 ans.
  • Jan Bulis, ancien du Tricolore, 34 ans.
  • Bobby Wilkie et Joseph Reeves, quilleurs de Laval.
  • Richard Racine, sportif de Mirabel, 54 ans.
  • Patrick Clément, de Saguenay, 39 ans.
 
 Share on Facebook Share on Twitter Share on Reddit Share on LinkedIn
Commentaires fermés sur Les anniversaires du dimanche 18 mars  comments 
formats

Pointage final: 58, 912

mars
17
par dans À la Une, Impact

Ces gars-là savent réellement quoi faire avec un ballon et leurs salaires, qui n’ont rien à voir avec ceux de nos étoiles du baseball, du football ou du hockey, nous les rendent déjà beaucoup plus sympathiques.

C’est peut-être pour cela qu’il y avait 58 912 spectateurs dans les gradins du Stade olympique en ce troisième samedi de mars. La plupart d’entre eux étaient probablement des amateurs de «foot» tandis que les autres ne voulaient pas rater ce happening, ce moment historique dans le stade maudit de Roger Taillibert.

Match d'ouverture de l'impact au Stade Olympique

Match d'ouverture de l'impact au Stade Olympique

Allez, allez-a-lez, allez Montréal!

Je ne sais pas pour vous, mais moi, j’étais très content pour Joey Saputo, pour Richard Legendre et pour tous ceux et celles qui gravitent autour de l’Impact. Ils se battent fort pour vendre leur produit et ils ont été largement récompensés lors du match inaugural.

Même si le soleil nous chauffait la couenne pour la première fois depuis longtemps, je me suis installé devant le téléviseur pour regarder la deuxième moitié de la rencontre. J’ai trouvé la partie très intéressante et j’ai beaucoup aimé la description faite par Claudine Douville.

Pour les gens de ma génération qui ont grandi avec une paire de patins et un gant de balle, le soccer est une drôle d’invention. Nous avons bien joué au ballon durant notre jeunesse, quand il n’y avait rien d’autre à faire, mais ce n’est pas dans notre culture et dans nos gênes. Il faut faire un effort pour nous intéresser à un sport où les exploits offensifs sont plutôt rares.

Quoi qu’il en soit, bravo au capitaine Davie Arnaud et à toute l’équipe. La partie était gagnée avant le premier coup de pied. Le pointage final n’est pas 1-1, mais bien 58, 912.

C’est le début d’une longue aventure. Si on parvient à nous trouver un Gary Carter du ballon rond, tous les espoirs seront permis.

 

 
 Share on Facebook Share on Twitter Share on Reddit Share on LinkedIn
Commentaires fermés sur Pointage final: 58, 912  comments