formats

Les anniversaires du jeudi 5 avril

avril
5
par dans Anniversaires
  • ALAIN CHOQUETTE, magicien et grand amateur de sport, 50 ans.
  • DOUG FAVELL, ex-gardien des Flyers, 67 ans.
  • RENNIE STENNETT, ancien des Pirates de Pittsburgh, 61 ans.
  • HENRIK STENSON, golfeur de la PGA, 36 ans.
  • YVES DESCHAMPS, aubergiste de Valleyfield et champion de tennis, 66 ans.
  • JOHN HANNA, ancien des As de Québec, 77 ans.
  • GORD DONNELLY, recruteur des Blackhawks, 50 ans.
  • YVON LAPRADE, journaliste pour La Terre, 56 ans.
  • LUCE GRÉGOIRE, de Montréal, 52 ans.
  • COLIN POWELL, général de l’armée américaine, 75 ans.
  • JOHAN KRIEK, tennis, 54 ans.
  • GUY ARSENAULT, balle molle, 55 ans.
  • BILLY RAY BROWN, vétéran de la PGA, 49 ans.
  • EDMÉE FALAISE, de Valcourt.
  • CHRISTIANE PAQUET, des Jeunes Sportifs Hochelaga.
 
 Share on Facebook Share on Twitter Share on Reddit Share on LinkedIn
Commentaires fermés sur Les anniversaires du jeudi 5 avril  comments 
formats

Phil, Tiger, Rory et qui d’autre?

AUGUSTA, Georgie— Arnold Palmer, Jack Nicklaus et Gary Player, trois des plus grandes légendes du golf, se réuniront pour donner le coup d’envoi du tournoi des Maîtres, jeudi matin. La majorité des experts prédisent une lutte particulièrement endiablée avec un contingent de golfeurs aussi relevé.

Si on fait exception du grand Ernie Els qui n’a pas réussi à mériter une invitation à cause de son piètre rendement sur les verts et de Dustin Johnson, blessé on ne sait où, c’est la crème de la crème qui se disputera les honneurs de cette fête printanière.

Tiger Woods, Phil Mickelson et le jeune Rory McIlroy ont été établis, mais ça ne veut rien dire. Il y a une vingtaine de joueurs capables de se sauver avec la mise. Il suffit de penser au numéro un mondial Luke Donald, à ses compatriotes Ian Poulter, Lee Westwood et Justin Rose, aux Australiens Adams Scott et Jason Day, à l’Allemand Martin Kaymer, à l’Irlandais Graeme McDowell ou au Coréen K.J. Choi.

Luke Donald

Le numéro un mondial Luke Donald est toujours en quête de son premier titre majeur.

Tout est possible à Augusta le dimanche après-midi. L’an passé, huit joueurs se sont échangé la tête du classement jusqu’à ce que le Sud-Africain Charl Schwartzel réussisse des oiselets sur les quatre derniers trous pour se sauver avec la mise.

Qui ne se souvient pas de l’étonnante victoire de Mike Weir en 2003 ou encore de celles de Zach Johnson et de Trevor Immelman, quelques années plus tard?

À cause des fortes pluies qui se sont abattues sur la région durant les derniers jours, les verts sont beaucoup plus réceptifs que d’habitude et ça devrait permettre à un plus grand nombre de joueurs de rester dans la course. Mickelson prédit même un festival de birdies en fin de semaine.

Une dizaine de jours après avoir mis fin à sa longue disette en gagnant le tournoi de Bay Hill, Tiger Woods se dit très confiant de remporter un cinquième titre à Augusta. Chose certaine, il sait quoi faire pour gagner ici.

Mickelson, toujours à l’aise sur ce parcours, aimerait évidemment ajouter un quatrième veston vert à sa collection. Quant au jeune McIlroy, talentueux à l’extrême, il semble déterminé à effacer son cauchemar de l’an dernier. Meneur après trois rondes, il avait vu le ciel lui tomber sur la tête en fin de tournoi, mais cette défaite lui a servi de leçon

SOUS LES GRANDS PINS

  • Palmer, Nicklaus et Player, gagnants de 34 tournois majeurs, ont pris part à la compétition «Par 3», mais leur présence a été de courte durée. Au bout de quelques minutes, on a invité la foule à quitter les lieux en vitesse parce qu’un violent orage pointait à l’horizon.
  • PADRAIG HARRINGTON, une grande déception depuis trois ans, et JONATHAN BYRD ont gagné le concours «Par 3» avec un pointage de 22, soit cinq sous la normale. ADAM SCOTT a joué moins 4. Le vainqueur de ce concours n’a jamais gagné le vrai tournoi.
  • GARY PLAYER a mis une demi-seconde pour dire oui quand on lui a demandé de participer à la cérémonie protocolaire du jeudi matin avec ses amis Palmer et Nicklaus. À 76 ans, il prend un soin jaloux de sa forme physique et il lui arrive souvent de jouer quatre ou cinq coups de moins que son âge.
  • MARC VILLENEUVE, de la firme CIBC-Wood Gundy, assiste au tournoi avec son bon ami MARK CULVER, du club Mont-Bruno.

N.B. Ces reportages en direct du club Augusta National sont rendus possible grâce à la générosité de ces cinq commanditaires: GRANITE LACROIX de Laval, Portes & Fenêtres Concerto, Transport Alexcalibur, Barwood-Pilon et Les Anciens de la Ligue Dépression.

 
 Share on Facebook Share on Twitter Share on Reddit Share on LinkedIn
Commentaires fermés sur Phil, Tiger, Rory et qui d’autre?  comments 
formats

Mickelson veut démarrer en lion

AUGUSTA, Georgie — Phil Mickelson sait très bien que Tiger Woods et le jeune Rory McIlroy ont été établis favoris pour gagner le Masters, mais ça ne le dérange pas du tout.

À 41 ans, il est encore capable de tenir tête aux champions de la PGA et il fera tout en son possible pour quitter Augusta avec un quatrième veston vert, un exploit qui lui permettrait de rejoindre Arnold Palmer et Tiger Woods au deuxième rang.

Phil Mickelson

Phil Mickelson veut démarrer en lion, mais il sera prudent au 15e trou.

«Il y a eu beaucoup de pluie ici durant les dernières journées et les verts sont plus réceptifs que d’habitude, déclare «Phil The Thrill». Si les conditions de jeu ne changent pas d’ici dimanche, on assistera à un festival de birdies et les joueurs non-expérimentés seront nettement avantagés. Comme je m’attends à de bas pointages, j’ai l’intention d’attaquer dès le départ».

Mickelson a été plutôt tranquille depuis sa victoire dans le tournoi AT&T à Pebble Beach, mais il est presque toujours à son mieux à Augusta. En plus de ses trois triomphes (2004, 2006 et 2010), il a terminé neuf fois parmi les sept premiers. «J’ai toujours hâte de revenir ici. Dans toute l’année, c’est la semaine que je préfère», dit-il.

«Je suis encore relativement jeune et je n’ai rien perdu de ma passion pour le golf. J’adore la compétition, spécialement sur un parcours comme celui-ci».

«Lefty» précise qu’il a moins de pression sur les épaules depuis sa victoire en 2004. Il peut maintenant se concentrer sur son jeu sans avoir peur de faillir à la tâche. Ça fait toute une différence.

Il connaît le parcours comme le fond de sa poche et il entend profiter de la puissance de ses coups de départ pour attaquer les normales 5. Cependant, il promet d’être  prudent au 15e trou. «Dans le passé, j’ai commis quelques erreurs impardonnables au 15e, dit-il. Je voulais trop réussir l’oiselet et ça m’a coûté très cher. Oui, c’est un «trou à birdie», mais il ne faut pas courir de risques inutiles à son deuxième coup. Quand tu frappes la balle à l’eau, la punition est de deux ou trois coups. Il n’y a rien de mal à se contenter d’une normale sur ce trou».

Par contre, il peut se montrer agressif au 13e trou, une normale cinq qui favorise nettement les gauchers. C’est là qu’il a réussi son coup miracle sous les grands pins pour arracher la victoire, l’an passé.

UN SECRET BIEN GARDÉ

Mickelson est d’avis que Tiger Woods a fait un pas de géant en gagnant le tournoi de Bay Hill et que sa première victoire en deux ans et demi lui servira de stimulant durant les prochains jours.

«Tiger se présente ici avec beaucoup de confiance en soi et je pense qu’il connaîtra une très bonne semaine. Ce n’est pas exactement une bonne nouvelle pour nous autres», ajoute-t-il.

Quand on lui a demandé s’il avait un conseil à formuler pour des joueurs comme Lee Westwood, Luke Donald, Adam Scott et Sergio Garcia qui sont toujours en quête d’une première victoire dans un tournoi majeur, Mickelson a répondu: «Je leur dirais la même chose que Dave Pelz m’a dite avant la saison 2004. Toutefois, je vais attendre d’être à la retraite avant de vous dévoiler ce qu’il m’a dit ce jour-là!»

 

 
 Share on Facebook Share on Twitter Share on Reddit Share on LinkedIn
Commentaires fermés sur Mickelson veut démarrer en lion  comments 
formats

En direct d’Augusta

  • AUGUSTA, Georgie— L’Irlandais DARREN CLARKE, gagnant de l’Open de Grande-Bretagne l’été passé à Royal St.George’s, est de retour à Augusta après une absence de cinq ans. Le golfeur de 43 ans est une légende dans son pays et un peu partout en Europe. On parle encore de ses exploits dans le tournoi de la coupe Ryder de 2006, quelques mois après la mort de sa femme. Clarke a perdu une vingtaine de livres en coupant l’alcool.
  • PHIL MICKELSON sera admis au Temple de la renommée du golf, le mois prochain, à Saint. Augustine. Il se trouve un peu jeune (à 41 ans) pour recevoir un tel honneur, mais il n’allait quand même pas refuser. Il fera son entrée en compagnie de SANDY LYLE, ex-vainqueur du Masters et du British Open, d’HOLLIS STACY, ex-championne de la LPGA, du journaliste DAN JENKINS et du commentateur PETER ALLISS. Jenkins était un bon ami de BEN HOGAN.
  • Le journal AUGUSTA CHRONICLE a consacré sept ou huit pages au champion défendant CHARL SCHWARTZEL. Ce dernier est trop jeune pour avoir vu jouer GARY PLAYER. Ses idoles de jeunesse étaient ERNIE ELS, Retief Goosen et Nick Price.

    Phil Mickelson

    Phil Mickelson se trouve un peu jeune pour entrer au panthéon du golf.

  • L’an passé, le vétéran BO VAN PELT a surpris tout le monde en méritant une égalité en 8e place. Il est juste content d’être de retour et de pouvoir tenter sa chance. «Il n’y a rien comme le neuf de retour à Augusta le dimanche après-midi», déclare le golfeur de l’Indiana.
  • MARK O’MEARA, qui a guidé Tiger Woods à ses débuts dans la grande ligue, s’attend à le voir très bien jouer cette semaine. Il estime que sa victoire à Bay Hill lui a redonné des ailes.
  • L’hiver a été trop doux dans la région et les FLEURS sont beaucoup moins belles que d’habitude à Amen Corner. C’est pas grave. Le parcours, lui, est toujours aussi magnifique.
  • LARRY MIZE, un gars de la place, célèbre le 25e anniversaire de sa victoire en prolongation contre Greg Norman et Seve Ballesteros.
  • PAUL LAWRIE, champion du British Open en 1999, a mérité une invitation en se faufilant parmi les 50 meilleurs golfeurs de la planète. Il n’a pas joué ici depuis 2004.
  • On se bouscule aux portillons dès 8h. le matin pour voir jouer les magiciens de la PGA. Il y a encore PLUS DE MONDE pour assister aux rondes de pratique. Vous devriez voir le traffic sur Washington Road et aux environs du club. En général, les gens font preuve d’un patience exemplaire.
  • DIANE DUPONT-HÉBERT, nouvelle président de Golf Canada, et son mari NORMAN ont eu le plaisir de fouler les allées du club SAGE VALLEY, en banlieue d’Augusta. Les conditions de jeu y sont identiques à celles du Augusta National.
  • ADAM SCOTT rêve de devenir le premier Australien à gagner le Masters. L’an passé, une dernière ronde de 67 lui a procuré une égalité en deuxième position avec son compatriote JASON DAY. GREG NORMAN a été jusqu’ici le meilleur Australien à Augusta avec trois deuxièmes places.
  • WILLIAM PORTER PAYNE, président du club Augusta National, a profité de son discours annuel pour rendre hommage au journaliste FURMAN BISHER, décédé à la fin mars. «Vivre en santé jusqu’à 93 ans, c’est comme jouer 59 au golf!», a dit M. Payne en visitant les journalistes dans la salle de presse.
  • Les parents de RORY McILROY passent la semaine à Augusta avec des amis.
  • TIGER WOODS a gagné 72 tournois de la PGA, mais ce n’est pas tout. Il a aussi remporté 38 victoires en Europe pour un grand total de 110.
  • BILL PAUL, un des gros canons du comité organisateur de l’Omnium canadien, a fondu comme neige au soleil. Il a perdu 47 livres et il se dit en bien meilleure forme. Il me prie de saluer son bon ami MARIO BRISEBOIS.
  • Pour la dixième année de suite, j’occupe le siège numéro 13 sur la rangée G. Pour moi, le chiffre 13 n’a jamais été aussi chanceux.
  • Content d’apprendre que JOSH GORGES est récipiendaire du trophée Jacques-Beauchamp. Un honneur fort bien mérité pour un joueur qui offre toujours le meilleur de lui-même.
  • La saison 2014 de la PGA débutera à l’automne 2013. Un non-sens.

LE MOT D’HUMOUR

Tom Kite, un vétéran de la PGA, ne vivra pas assez vieux pour oublier les exploits de Severiano Ballesteros. «Quand il se mettait en marche, on aurait dit que Seve était au volant d’une Ferrari et que nous roulions tous en Chevrolet!» de dire Kite.

 

 
 Share on Facebook Share on Twitter Share on Reddit Share on LinkedIn
Commentaires fermés sur En direct d’Augusta  comments