formats

Maurice Filion: un géant dans l’histoire des Nordiques

L’ancien patron des Fleurdelysés s’éteint à 85 ans; Michel Bergeron lui rend hommage

En apprenant le décès de Maurice Filion, les souvenirs se bousculent dans ma tête.

Quand on pense à l’histoire des Nordiques, on pense invariablement à Jean-Claude Tremblay, Marc Tardif, Réal Cloutier, Peter Stastny, Marcel Aubut, et Michel Bergeron, mais on oublie trop souvent celui qui a été le patron et l’architecte de l’équipe entre 1974 et 1988.

Maurice Filion et Michel Bergeron à la belle époque des Nordiques.

Maurice Filion était un «vrai de vrai». Après avoir fait ses classes derrière le banc du Montréal Olympique (hockey senior) et des Rangers de Drummondville, il a mené les Remparts à la conquête de la coupe Memorial avec des joueurs comme Guy Lafleur, Jacques Richard, André Savard, Jacques Locas et quelques autres.

«Ils sont en or, tous nos Remparts!», chantait-on dans les estrades du vieux Colisée. Cette équipe a eu tellement de succès sur la patinoire et aux guichets qu’elle a permis la naissance des Nordiques en 1972.

Filion a été deux fois entraîneur des Nordiques, mais jamais pour très longtemps. À l’automne 1972, il a remplacé Maurice Richard à pied levé lorsque ce dernier a réalisé qu’il n’avait pas d’affaire là. Quelques mois plus tard, Maurice a cédé sa place à Jacques Plante, mais ça n’a pas très bien fonctionné, d’autant que Plante avait encore le goût de jouer (ce qu’il a fait à Edmonton et à Boston).

C’est Marc Boileau qui dirigeait les Nordiques quand ils ont gagné la coupe Avco au printemps 1977.

En 1980, Filion n’a dirigé les Nordiques que pendant 6 parties avant de confier le poste au jeune Michel Bergeron qui avait obtenu des succès retentissants à la barre des Draveurs de Trois-Rivières. Filion et le Tigre ont fait la paire pendant 7 ans et soulevé les passions à travers la province avec une équipe qui comprenait une majorité de joueurs francophones. Les joueurs du Québec étaient une priorité pour le patron des Nordiques.

Tous ceux et celles qui ont connu la rivalité Canadien-Nordiques en gardent un souvenir inoubliable. C’était la guerre sur la patinoire et dans presque tous les foyers du Québec!

Les Nordiques ont eu raison du Canadien à deux reprises dans les séries de la coupe Stanley et ils ont forcé Serge Savard à accorder une attention particulière aux patineurs québécois.

En fin de carrière, Filion a été vice-président du Rouge & Or et préfet de discipline de la LHJMQ, mais son nom restera à jamais associé à celui des Nordiques.

La dernière fois que j’ai croisé M. Filion, c’était au tournoi de golf des Rangers de Drummondville. Il était en grande forme et ne parassait pas son âge. Une dizaine d’années plus tard, il nous quitte pour le grand voyage et nous laisse un très bel héritage. Il aurait d’ailleurs sa place au Panthéon des sports du Québec. On va voir ce qu’on peut faire avec ça!

Mes condoléances à  son épouse Fernande, à ses trois enfants et à tous les membres de sa famille.

RÉACTION DE MICHEL BERGERON

«J’ai tellement de peine, tu ne peux pas savoir, me dit Michel

Michel Bergeron n’aurait jamais été entraîneur des Nordiques si Maurice Filion ne lui avait pas fait confiance.

Bergeron au bout du fil. Je ne connais pas encore les causes exactes de son décès, mais c’est une grande perte pour Québec et pour le monde du hockey.

«Maurice a marqué ma vie comme personne d’autre. Je n’oublierai jamais le jour où il est venu me voir à Trois-Rivières, plus précisément au J.J. Steak House, pour m’offrir le poste d’assistant-entraîneur. Il savait très bien ce que je visais comme boulot. J’ai accepté son offre et il m’a cédé le poste d’entraîneur-chef après 6 parties. Ça s’est passé dans sa chambre d’hôtel lors d’un voyage à Winnipeg.

«Nous avons vécu de grands moments ensemble, surtout quand nous avons éliminé les Canadiens sur la patinoire du Forum en 1982 et en 1985. Dale Hunter nous a donné la première victoire et Peter Stastny la deuxième. On a fêté ça pas mal fort!»

Un grand sentimental

«Je suis souvent allé dans le bureau de Maurice, presque à tous les jours, pour discuter de hockey et lui proposer tel ou tel échange, ajoute Bergeron. Il me disait de m’occuper des mes oignons! On avait aussi nos prises de bec sur l’utilisation de tel ou tel joueur. Je me souviens d’un jour où il n’était content parce que j’avais choisi Clint Malarchuk pour commencer la partie. On a gagné 1-0 et il m’a dit: «C’est pour ça que je te paye!

«Maurice pouvait se fâcher, mais il était un grand sentimental. Ça l’affectait quand il devait renvoyer un joueur dans les ligues mineures, sachant très bien que le gars avait une famille à faire vivre. Je pense qu’il a réalisé ses deux meilleures transactions quand il a mis la main sur Daniel Bouchard et Wilf Paiement. Bouchard a été notre meilleur gardien de but et Paiement a modifié la chimie de l’équipe.

«Un soir, on rentrait de Boston après avoir subi une troisième défaite de suite. En arrivant à l’aéroport, il m’a donné rendez-vous au resto Marie-Antoinette et il m’a remonté le moral en m’offrant un nouveau contrat de 3 ans. Il avait écrit ça sur une napkin (serviette de table). J’ai toujours pensé qu’il m’aimait, que j’étais un peu son fils adoptif.

«Quand il m’a échangé aux Rangers de New York en 1987, j’avais l’impression qu’il voulait me faire plaisir et me donner la chance de vivre une nouvelle aventure. Je suis allé à New York avec Pierre Lacroix et j’ai signé un contrat de 3 ans avec les Rangers.

«Maurice n’était pas toujours d’accord avec les journalistes de Québec, mais tout le monde le respectait. Je pense qu’il n’a pas toujours eu le mérite qui lui appartenait. On devrait honorer sa mémoire», de conclure le p’tit Tigre.

BASEBALL EXPRESS

  • Les Dodgers ont battu les Giants 2-1 pour prolonger à 7 leur série de victoires. Le joueur recrue CODY BELLINGER a produit les deux points des Dodgers. HUNTER PENCE a cogné la longue balle pour les visiteurs.

    Cody Bellinger a produit les deux points des Dodgers dans un gain de 2-1 sur les Giants.

  • Les Yankees ont vaincu Tampa 5-4. BRETT GARDNER a produit le point gagnant pour la deuxième fois en 3 soirs.
  • Les Cubs ont gagné 2-1 à Milwaukee sur un circuit de JASON HEYWARD en fin de 11e manche. KRIS BRYANT a produit l’autre point des visiteurs. Les deux équipes ont utilisé 14 lanceurs, soit 7 de chaque côté.
  • Les Red Sox ont vaincu les Royals 9-8 pour stopper à  leur série de victoires. SANDY LEON a croisé le marbre sur un retrait au champ intérieur en fin de 11e manche. EDUARDO NUNEZ a frappé deux circuits pour Boston.
  • Les D’Backs ont gagné 7-1 à Saint-Louis. PAUL GOLDSCHMIDT et J.D. Martinez ont frappé la longue balle pour aider ZACH GREINKE à remporter sa 13e victoire.
  • Les Indians en ont collé une 9e de suite en battant les White Sox 5-4. BRANDON GUYER a été atteint d’un lancer avec les buts remplis en début de 9e. JOSE ABREU a réussi un circuit de 3 points aux dépens de l’excellent COREY KLUBER (12 retraits au bâton).
  • Les Orioles ont blanchi Texas 4-0 derrière KEVIN GAUSMAN. Adrian Beltre a été limité à un coup sûr, le 2999e de sa carrière.
  • Les Angels ont marqué 3 points contre ROBERTO OSUNA en début de 9e manche pour vaincre les Blue Jays 6-5.

    Jesen Therrien a lancé la 6e manche pour les Phillies.

  • Les Phillies ont battu les Braves 4-3 sur un simple de TY KELLY en fin de 11e manche. JESEN THERRIEN, de Montréal-Nord a lancé la 6e manche pour Philadelphie et il a réussi son baptême de feu. Il n’a permis qu’un seul coup sûr et il a réussi un retrait au bâton.
  • Les Rockies ont gagné 4-2 à Washington. GERMAN MARQUEZ a réussi 10 retraits au bâton pour récolter sa 9e victoire.
  • Les Mets ont encaissé un revers de 3-2 à Seattle. Première défaitre de JACOB deGROM après une série de 8 victoires.
  • Les Marlins ont défait les Reds 7-3. CHRISTIAN YELICH a produit 3 points et GIANCARLO STANTON 2.
  • Les Tigers ont battu Houston 5-3. JOSE IGLESIAS a été le meilleur avec 2 pp.
  • Les Pirates ont perdu 4-2 à San Diego. Une 6e défaite en 7 parties pour Pittsburgh.

RAINES AU PANTHÉON

  • Tim Raines fera son entrée parmi les immortels du

    Tim Raines doit une fière chandelle à Andre Dawson et au regretté John McHale.

    baseball, dimanche, à Cooperstown. Il devient le 4e joueur des Expos à mériter un tel honneur après Gary Carter, Andre Dawson et Pedro Martinez. L’ancien voltigeur de gauche a vécu «l’enfer de la drogue» au début des années 1980 et il n’aurait jamais atteint la gloire sans l’aide de Dawson et de John McHale, ancien président des Expos.

  • Charley Hoffman, de Rancho Santa Fe, est en tête après 54 trous à l’Omnium canadien. Il a un seul coup d’avance sur son ami Kevin Chappell. Hier, Robert Garrigus a égalé le record du parcours de Glen Abbey avec une ronde de 62. Dustin Johnson est à cinq coups de la tête.

    Michel Goudreau a lancé 10 manches de suite pour mener les Cascades de Shawinigan à deux victoires contre Saint-Jérôme.

  • BASEBALL SENIOR: Les Cascades de SHAWINIGAN ont gagné leur programme double contre le Royal de Saint-Jérôme. MICHEL GOUDREAU a lancé 10 manches de suite pour remporter les deux victoires et ALEXANDRE BÉLAND a obtenu 5 coups sûrs en 7 apparitions au bâton… Les Expos de Sherbrooke ont encaissé deux défaites devant leurs partisans. Ils ont perdu 13-6 contre Montréal et 6-5 contre Coaticook. FRANÇOIS-ALEXANDRE TAMBOSSO et Emmanuel Hamel-Carey ont produit trois points chacun pour les Brewers pendant qu’EDDIE LANTIGUA frappait un circuit de 3 points pour les locaux… JEAN-FRANÇOIS DELISLE a été le meilleur pour Coaticook avec 3 pp… Victo a arraché une victoire de 5-4 à Saint-Jean. C’est MARIO CÔTÉ qui a produit le point gagnant.
  • Guillermo Bertola et Martina Grimaldi ont enlevé les honneurs de la 63e Traversée internationale du Lac Saint-Jean.
  • Ben Roethlisberger, joueur étoile des Steelers, songe sérieusement à la retraite à l’aube de sa 15e saison. Il prend de l’âge (35 ans) et n’a pas été épargné par les blessures durant les dernières campagnes.
  • Le grand Hugo Bernard n’a pu éviter la coupure à Glen Abbey même s’il a joué des rondes de 71 et 70. Il est déçu, mais il aura la chance de se reprendre. On lui souhaite bonne chance aux championnats amateurs du Canada et des États-Unis.

Un petit fortifiant

-«Docteur, j’aurais besoin d’un petit fortifiant pour ma nouvelle copine».

-«Bien sûr, racontez-moi».

-«Pour le premier, ça va. Le deuxième aussi. Au troisième, je n’en peux plus».

-«Je vais vous donner quelque chose, mais je vous conseille d’arrêter après le deuxième».

-«Le problème, docteur, c’est qu’elle habite au 4e étage!»

Les anniversaires du 30 juillet

  • RÉAL CLOUTIER, ancien joueur étoile des Nordiques, 61 ans.
  • ELLIS VALENTINE, ex-voltigeur des Expos, 63 ans.

    Ellis Valentine donnait tout un spectacle… quand sa fesse droite ne le faisait pas trop souffrir!

  • BUD SELIG, ancien commissaire du baseball, 83 ans.
  • DYLAN LARKIN, des Red Wings, 21 ans.
  • JAY FEASTER, ancien patron du Lightning, 55 ans.
  • JUSTIN ROSE, vétéran de la PGA, 37 ans.
  • ARNOLD SCHWARZENEGGER, acteur américain, 70 ans.
  • CLINT HURDLE, gérant des Pirates, 60 ans.
  • REED LARSON, ex-défenseur des Red Wings, 61 ans.
  • PAUL ANKA, chanteur, 76 ans.
  • GORDON JUDGES, ancien des Alouettes, 70 ans.
  • CHANTAL ALLARD, de Després-Laporte, et son fils Maxime.
  • GRAEME McDOWELL, vétéran de la PGA, 38 ans.
  • LEO CAHILL, une légende de la LCF, 89 ans.

    Paul Anka, né à Ottawa, a connu une carrière extraordinaire dans le monde de la chanson.

  • PHILIPPE OZGA, ancien des Stingers de Concordia, 37 ans.
  • ANDRÉ LACHANCE, trot et amble, 69 ans.
  • MARKUS NASLUND, ancien des Rangers, 44 ans.
  • DINO MASANOTTI, ami FB.
  • PATRICK O’HARA, hockey senior.
  • GILBERT CAMPEAU, ancien de la Ligue Dépression.
  • ROBERT ARCOITE, golfeur, 63 ans.
  • LUCIE FERDAIS, de Lacolle.
  • JEAN-MICHEL PÉPIN, de Montréal.