formats

Les Glorieux prennent un coup de vieux

SHERBROOKE— Environ cinq ans après la mort d’Yvon Ellyson, ami personnel et super partisan des Red Sox, j’étais de retour dans la vieille église du boulevard Alexandre pour assister aux funérailles de Claude Ruel.

En apercevant Mario Tremblay, un des «p’tits gars» à Piton, je n’ai pu m’empêcher de lui lancer: «On pourrait pas aller aux noces une fois de temps en temps?»

Mario vient de perdre son épouse (Colette). Dans les mois précédents, on a enterré Jean Béliveau, Gilles Tremblay et Carol Vadnais. Durant cet hiver de plus en plus froid, les soldats tombent comme des mouches dans le camp des Glorieux. C’était sans doute inévitable, mais personne na vu venir une telle hécatombe.

Guy Lapointe se dit secoué par les événements des derniers mois.

Guy Lapointe se dit secoué par les événements des derniers mois.

Réjean Houle, président des Anciens Canadiens, est si souvent vêtu de son complet noir qu’on le croirait à l’emploi de la maison Urgel Bourgie!

Guy Lapointe, dont le chandail flotte maintenant au plafond du Centre Bell, se dit profondément secoué par les événements des derniers mois. «Tout a commencé avec la mort de Carol (Vadnais), m’a-t-il confié pendant la messe. Lorsque je l’ai vu dans son cercueil, mes genoux ont plié. J’ai rêvé à lui pendant cinq nuits. Tous ces décès ont de quoi nous briser le coeur et nous faire réfléchir. J’aurai 67 ans le mois prochain et ça commence à me taper sur les nerfs, ces histoires-là».

Serge Savard, Guy Lafleur, Yvan Cournoyer ou Christian Bordeleau aurait dit à peu près la même chose. Le temps file à une vitesse folle et on sait très bien, comme le disait Reggiani, que personne ne repasse par sa jeunesse. Mes idoles ont maintenant 65, 70 et 75 ans. Honnêtement, ça me pue au nez!

Avant de quitter les lieux

  • Compte tenu de toutes les frites, tous les hot-dogs et hamburgers qu’il a mangés dans les arénas, CLAUDE RUEL est chanceux d’avoir vécu jusqu’à 76 ans. Il y a une vingtaine d’années, le Docteur Mulder lui a recommandé un déblocage des artères, mais il a dit NON. «Lorsque le temps sera venu, le Seigneur viendra me chercher», croyait-il. Piton était un homme profondément religieux.
  • PIERRE (Boom-Boom) MEILLEUR, ancien adjoint d’Eddy Palchak, vit maintenant à Montréal-Nord. Il a fait le voyage à Sherbrooke avec JEAN-LUC LUSSIER, Serge Savard et Jean-Louis Marinier.
  • CLAUDE RUEL était un grand amateur de musique country. Durant la messe, PATRICK PHILIBERT lui a chanté «Mille après mille», le grand succès de WILLIE LAMOTHE.
  • CHARLES MONTELPARE, l’as collectionneur de Deauville, portait fièrement son chandail du Canadien avec le numéro 4 et le nom de JEAN BÉLIVEAU.
  • RONALD COREY ne retrouvera pas ses bâtons de golf avant le mois d’avril. Au diable la Floride, il veut passer le plus de temps possible avec sa famille.
  • JULIE, la nièce de Claude Ruel: «Il était un grand-papa gâteau avec un grand coeur. Il incarnait le dépassement de soi».
  • LUC GAUTHIER, ex-défenseur des Canadiens de Sherbrooke, en est à sa septième année comme recruteur des PENGUINS.
  • FRANÇOIS (Lou) OUIMET, grand ami de Claude Ruel, joue au hockey deux fois par semaine dans la Ligue des BONS VIVANTS de Montréal-Est. Parmi ses compagnons de jeu, il y a FERNAND DUPUIS, Roger Laterreur et François Laverdure.
  • CLAUDE DUSSAULT, l’ancienne voix des courses à l’hippodrome de Sherbrooke, était content de renouer avec les Savard, Houle, Corey et cie.

 

 

 
 Share on Facebook Share on Twitter Share on Reddit Share on LinkedIn
Commentaires fermés sur Les Glorieux prennent un coup de vieux  comments