formats

Le Bon Dieu porte le numéro 31

Du temps où Bobby Orr dominait outrageusement la Ligue nationale, on disait que le Bon Dieu portait le numéro 4. Même que ses coéquipiers, à la blague, l’appelaient God.

À Montréal, le Bon Dieu a longtemps porté les numéros 9, 4, 10 et 33. Il porte maintenant le numéro 31 et il s’appelle CAREY PRICE.

Carey Price a bloqué 43 rondelles pour blanchir les Sénateurs et mettre fin à la série.

Carey Price a bloqué 43 rondelles pour blanchir les Sénateurs et mettre fin à la série.

Le super gardien de but de la Colombie-Britannique gagne la coupe Molson à chaque mois du calendrier régulier et il la gagnerait encore en avril et mai si elle était en jeu. Sans lui, le Canadien serait tout simplement une ÉQUIPE ORDINAIRE. Il faudrait être aveugle pour prétendre le contraire.

Après avoir vu les Sénateurs revenir dans la série avec deux solides performances, Price s’est comporté exactement comme l’aurait fait Jacques Plante, Ken Dryden ou Patrick Roy. Il a blanchi ses adversaires avec un sang-froid remarquable pour mettre un terme à la série sur la patinoire de Kanata. Aux dernières nouvelles, il était détenu par les policiers d’Ottawa sous une accusation de vol!

Price a repoussé 43 rondelles et reçu l’aide de l’arbitre qui a sifflé trop rapidement en deuxième période, privant ainsi Jean-Gabriel Pageau du filet égalisateur. Le premier but du match a été l’oeuvre de Brendan Gallagher, la petite peste du Canadien. Avec un peu de chance, il a frappé la rondelle au vol pour déjouer Craig Anderson en début de rencontre. Max Pacioretty a marqué dans un filet désert, une seconde avant la fin.

Après la partie, Michel Therrien a répété souvent le nom de son joueur vedette. Il a aussi vanté les mérites de Gallagher, Eller et Jeff Petry en plus de lancer des fleurs aux Sénateurs pour leur persévérance et leur remarquable fin de saison.

Avec un gardien du calibre de Price, tous les espoirs sont permis, mais le Canadien devra marquer plus de buts et corriger son «jeu d’impuissance» (1 en 20) s’il veut se rendre aussi loin que l’an passé.

Dave Cameron, un ancien élève d’Alger Arbour, s’est comporté comme un champion. Il n’a pas voulu blâmer l’arbitre Chris Lee pour la défaite de son club. Très calme, il a préféré parler des progrès réalisés par sa troupe durant les deux ou trois derniers mois. Mardi, il rencontrera ses joueurs pour analyser une saison qui vient de se terminer abruptement.

En bref

  • Le CANADIEN affrontera maintenant le vainqueur de la série entre les RED WINGS et le Lightning de TAMPA BAY. On sait qu’il a perdu toutes ses parties contre Tampa cette saison. On aura quelques jours pour en jaser.
  • ANDREI MARKOV commence à montrer son âge. Il a connu des moments difficiles dans cette série.
  • P.K., toujours exubérant, compare l’organisation du Canadien à celle des COWBOYS DE DALLAS.
  • Au Minnesota, ZACH PARISE a marqué deux buts pour aider le Wild a éliminer les Blues en six parties. Ça pourrait bien être la fin pour l’entraîneur KEN HITCHCOCK. Il a perdu 25 de ses 37 derniers matchs dans les série de championnat. Il faut préciser que les Blues avaient un sérieux problème devant le filet avec Jake Allen et Brian Elliott.
  • Un autre trophée Artis pour DAVE MORISSETTE. Un nouveau Jean Pagé? Nom d’une pipe, qui vote pour ça?

 

 
 Share on Facebook Share on Twitter Share on Reddit Share on LinkedIn
Commentaires fermés sur Le Bon Dieu porte le numéro 31  comments