formats

L’auto de Marcel

avril
30
par dans Hockey, Potins

Marcel Pronovost, qui vient de mourir à l’âge de 84 ans, n’a pas été seulement un excellent joueur de défense. Membre du panthéon du hockey, il est aussi le seul joueur de la Ligue nationale à avoir été fêté sur la patinoire du club adverse, plus précisément au Forum de Montréal.

Cela s’est produit en 1963. Après avoir demandé la permission à Frank Selke, alors directeur général du Canadien, des sportifs de la région de Beauharnois et Valleyfield ont organisé une présentation spéciale sur la patinoire du Forum avant un match Canadien-Détroit.

Marcel Pronovost a marqué l'histoire des Red Wings. Il pose ici avec

Marcel Pronovost a marqué l’histoire des Red Wings. Il pose ici avec le légendaire Gordie Howe.

Au cours d’une brève cérémonie, ils ont souligné sa brillante carrière dans la LNH avant de lui remettre les clés d’une auto neuve sous les applaudissements de la foule. Ce qui est intéressant dans cette histoire, c’est que les admirateurs de Marcel n’avaient amassé que la moitié de la somme d’argent nécessaire pour acheter l’auto. Un peu gênés, ils ont poliment demandé à Marcel s’il était prêt à fournir la différence. Bon prince, il a dit oui!

Cette anecdote est racontée dans le livre de Brian McFarlane sur l’histoire des Red Wings. Un vieux livre que j’ai acheté il y a quelques années en prenant une marche sur la rue Sainte-Catherine.

Marcel Pronovost n’a jamais été fêté par les Red Wings même s’il a joué à Détroit pendant 15 ans. Il a plutôt été échangé aux Maple Leafs de Toronto où il a gagné une cinquième et dernière coupe Stanley en 1967. Son seul souvenir des Red Wings était une montre Rolex que lui avait donné James Norris, propriétaire de l’équipe.

En 1952, Marcel a aidé les Red Wings à balayer leurs séries contre Toronto et Montréal en route vers le championnat. Terry Sawchuk a alors réussi quatre jeux blancs en huit parties, y compris les deux derniers matchs à l’Olympia de Détroit. En tout et partout, il a accordé cinq buts et maintenu une moyenne d’efficacité de ,977.

Mieux payé que Sawchuk

«Mon salaire était de 14 000$ en 1952, raconte Pronovost dans le bouquin. J’ai aussi touché un boni de 2500$ pour avoir gagné la coupe. J’ai été surpris d’apprendre que je gagnais plus d’argent que Sawchuk et à peu près le même salaire que Gordie Howe».

Ted Lindsay, meilleur négociateur, était alors le joueur le mieux payé des Red Wings. Plusieurs années plus tard, il est devenu directeur général. «Terrible Ted» était reconnu pour très bien payer ses employés. Pas étonnant car il a été un des fondateurs du syndicat des joueurs avec Doug Harvey et Dollard Saint-Laurent.

À noter que Lindsay, Harvey et Saint-Laurent ont tous été échangés à cause de leurs activités syndicales. C’était une autre époque.

Ted Lindsay a longtemps été le coéquipier de Marcel Pronovost à Détroit avant d'être échangé aux Blackhawks pour ses activités syndicales.

Ted Lindsay a longtemps été le coéquipier de Marcel Pronovost à Détroit avant d’être échangé aux Blackhawks pour ses activités syndicales.

D’autre notes au sujet de Marcel Pronovost:

  • Il est né à Lac-à-la-Tortue, près de Grand-Mère, mais sa famille a déménagé à SHAWINIGAN au milieu des années 1930.
  • Parmi ses 12 frères et soeurs, il y avait CLAUDE, gardien de but professionnel, et JEAN, futur joueur étoile des Penguins.
  • Marcel a connu beaucoup de succès dans les rangs mineurs à l’époque des matchs entre paroisses. Parmi ses compagnons de jeu chez les Midgets, il y avait un certain JACQUES PLANTE.
  • Il était alors joueur de centre. Une fois embauché par les Red Wings, il a été converti en DÉFENSEUR et il est devenu un des meilleurs de sa profession.
  • Il a eu sa première chance dans la Ligue nationale lorsque GORDIE HOWE s’est blessé sérieusement à la tête en faisant une chute dans le coin de la patinoire, en 1950. Marcel s’est installé à la ligne bleue pendant que RED KELLY se chargeait d’appuyer l’attaque.
  • Les leaders des Red Wings étaient alors BLACK JACK STEWART et Ted Lindsay.
  • À Toronto, Marcel s’entendait à merveille avec l’entraîneur PUNCH IMLACH. Ce dernier lui faisait confiance à cause de sa vaste expérience. Il lui demandait seulement de travailler fort pour inspirer les plus jeunes. Marcel a joué un rôle très important dans la victoire des Leafs contre le CANADIEN en 1967. Il a été sur la patinoire pour seulement un but de l’adversaire.
  • Marcel n’était pas un joueur salaud, mais il cognait dur. La première blessure de BOBBY ORR à un genou est le résultat d’une collision avec Pronovost.

 

 
 Share on Facebook Share on Twitter Share on Reddit Share on LinkedIn
Commentaires fermés sur L’auto de Marcel  comments